Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Communication

Les laiteries ouvrent leurs portes au grand public jusqu’au 5 juin

Politique

Bio, bien-être animal, OGM, pesticides… l’opinion des Français éclairée par un sondage

Labels

Le commerce équitable connaît une croissance « exceptionnelle » en 2018

Biodiversité

Un rapport d’experts alerte sur l’érosion de la biodiversité (IPBES)

Communication

Agriculture et fake news scientifiques, une tendance difficile à enrayer

Carburant automobile, nouveau débouché du biogaz

Le procédé AgriGNV a été distingué lors du salon Biogaz Europe de Rennes, fin janvier. Ce concept, dont la phase expérimentale aboutit tout juste, consiste à injecter du biogaz épuré comme carburant dans des voitures adaptées. Explications.

Par Campagnes & Environnement - Publié le 15/02/2017 à 00:00

Commenter

Partager :

 class=
Philippe Collin, éleveur en Haute-Marne, dans sa voiture roulant au biogaz issu de son unité de méthanisation.

Faire rouler les voitures au biogaz issu de la méthanisation, c'est le sens d'AgriGNV (pour gaz naturel véhicules), développé par la société Prodéval. Le concept est adaptable à toute unité en fonctionnement : un épurateur est installé à quelques mètres des cuves, pour que la teneur en  CH4 du biogaz passe de 50-60 à 98 %. Puis une « station service » est raccordée à cet épurateur.

Pas de commercialisation possible pour le biogaz épuré
L'un des enjeux centraux consiste à bien évaluer le besoin en combustible du porteur de projet, pour gérer au mieux le débit et le stockage, en bouteille, du biogaz généré par le méthaniseur. En effet, la réglementation française n'autorise pas la commercialisation de ce type de carburant : tout doit être autoconsommé.

Un concept primé au salon Biogaz Europe
Chez Prodéval, on espère que la réussite de l'unité pilote, située sur une exploitation agricole de Haute-Marne, et la médaille d'or remportée lors du salon Biogaz Europe de Rennes, les 25 et 26 janvier 2017, enclencheront un cercle vertueux. « J'ai 350 kilomètres d'autonomie en biogaz, témoigne Philippe Collin, l'éleveur propriétaire de l'unité pilote. La prise en main de la voiture et de la station de recharge est très facile. »

Aujourd'hui, seuls 15 000 véhicules, en comprenant les flottes des collectivités, sont équipés pour rouler au biogaz. Un kit coûtant 2 500 €, subventionné à 50 %, permet d'adapter les véhicules à essence. La carburation est double : biogaz et essence. Faire rouler un véhicule uniquement au biogaz est possible, mais concrètement compliqué, car seule une trentaine de stations en proposent à la pompe en France.

 

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *