Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Biodiversité

La biodiversité européenne continue de décliner de manière « continue et préoccupante »

Cultures

L’Occitanie avance sur la structuration de la filière légumineuses

Alimentation

Agribalyse souligne les limites de l’impact environnemental de l’alimentation

Modes de production

Ynsect construit la plus grande ferme verticale du monde

Politique

Betterave, les députés valident des dérogations pour les néonicotinoïdes

Conflits autour de la banane bio

Les producteurs de bananes des Antilles continuent de soulever le débat. Après une plainte de l’Agence bio, ils avaient reçu l’injonction d’arrêter leurs publicités, jugées diffamatoires, dénigrant les bananes bio importées des pays hors Union européenne. La Fédération nationale d’agriculture biologique déplore qu’ils continuent pourtant leur entreprise de désinformation.

Par Campagnes & Environnement - Publié le 16/03/2017 à 00:00

Commenter

Partager :

 class=

Lors du Salon de l’agriculture 2017, les producteurs de bananes de Martinique et Guadeloupe (UGPBan) ont vanté les mérites de leurs bananes. Même cultivées en agriculture conventionnelle, elles seraient selon eux plus respectueuses de l’environnement que les bananes bio provenant des pays hors Union européenne. Une assertion mal appréciée par le secteur bio. Malgré une injonction judicaire d’arrêter cette campagne à la suite d’une plainte de l’Agence bio, l’UGPBan n’obtempère pas, regrette la Fédération nationale d’agriculture biologique (Fnab).

Une équivalence respectée entre le bio européen et le bio « tiers », selon la Fnab

Pour la Fnab, la concurrence déloyale entre pays de l’UE et pays tiers ne repose pas sur les critères de l’agriculture biologique. Des organismes indépendants sont chargés de vérifier leur conformité avec des audits réguliers. Ils doivent aussi s’assurer de l’équivalence de ces critères entre les différents cahiers des charges. La concurrence déloyale viendrait plutôt  de la main d’œuvre par exemple.

Aujourd’hui, l’UGPBan fait de gros efforts sur la durabilité de ses bananes.  Par le passé, l’utilisation excessive du chlordécone, un insecticide très toxique, a pollué près de 20 % des terres des Antilles. La population présente le taux le plus élevé au monde de cancer de la prostate.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *