Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Biodiversité

La biodiversité européenne continue de décliner de manière « continue et préoccupante »

Cultures

L’Occitanie avance sur la structuration de la filière légumineuses

Alimentation

Agribalyse souligne les limites de l’impact environnemental de l’alimentation

Modes de production

Ynsect construit la plus grande ferme verticale du monde

Politique

Betterave, les députés valident des dérogations pour les néonicotinoïdes

Labels

Création d’un label associant « bio » et « équitable »

Des légumes produits en bio et selon les critères du commerce équitable. C'est ce que proposera Picard dans ses magasins du Sud-Ouest à partir de mars 2020 dans ses rayons, sous le label « Bio-Français-Équitable ». Cette signature conçue par la Fédération nationale d'agriculture biologique est amenée à gagner d'autres productions, dans d'autres régions.

Par Eloi Pailloux - Publié le 24/02/2020 à 12:44

Commenter

Partager :

Plusieurs études de consommations le montrent : la passerelle entre bio et équitable est solide. L’association des deux signes de qualité est notamment forte pour le lait, et elle gagne d’autres filières. L’enseigne de distribution Picard s’est penchée sur le cas des légumes proposés dans ses magasins il y a trois ans. Le groupe s’est tourné vers la Fédération nationale d’agriculture biologique (Fnab) pour avancer dans cette direction.

87 points de ventes… pour commencer

Cette démarche aboutira, le 2 mars prochain, au lancement d’un label spécifique, dans 87 points de vente de Nouvelle-Aquitaine et d’Occitanie. Les courgettes, maïs, haricots verts et carottes sont les premiers produits concernés. Ils porteront un macaron « Bio-Français-Équitable ». Trois organisations de producteurs locales approvisionneront cette nouvelle filière.

5 à 10 % plus cher pour le consommateur

Les deux partenaires affirment que leur cahier des charges va « au-delà » des critères du commerce équitable fixés par la loi. Picard a notamment accepté de s’engager dans une contractualisation tripartite entre organisations de producteurs, transformateurs et distributeurs. Pour garantir la juste rémunération des producteurs, les produits labellisés seront vendus 5 à 10 % plus cher qu’un équivalent bio « classique ».

La Fnab, qui porte le label « Bio-Français-Équitable », affirme que celui-ci a toutes les chances d’évoluer à l’avenir. Il devrait gagner du terrain géographiquement, Picard ayant d’ores et déjà pour projet de l’exporter en Provence-Alpes-Côte-d’Azur d’ici à un an. D’autres distributeurs pourront s’en saisir, et d’autres critères de qualité sont susceptibles d’y être ajoutés.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *