Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Coronavirus

Covid-19, les filières fruits et légumes stabilisées… mais la consommation doit suivre

Initiative

Des bras dans ton assiette, succès de l’initiative solidaire

Coronavirus

Covid-19, Bleu-Blanc-Cœur lance une enquête pour évaluer l’impact sur les comportements alimentaires

Politique

Le calendrier du débat public « ImPACtons ! » bouleversé par le coronavirus

Coronavirus

Appel unanime à privilégier les produits frais et français pour soutenir les agriculteurs

Bioéconomie

De l’hydrogène à base de maïs dans le réservoir pour émettre moins de carbone

Une start-up implantée dans la Marne propose un procédé industriel permettant de produire de l'hydrogène à partir de bois et, prochainement, de maïs. Ce carburant « propre » valoriserait une partie de la plante non-consommable, tout en réduisant l'impact carbone des bus strasbourgeois auxquels ils sont destinés. Explication.

Par Eloi Pailloux - Publié le 01/10/2019 à 10:57

Commenter

Partager :

La rafle de maïs est le centre de l’épi, non comestible – photo Luigi Chiesa

Du maïs dans le réservoir, et pas de particules ou de gaz à effet de serre à la sortie du pot d’échappement. C’est la formule à laquelle travaillent la start-up Haffner Energy et Réseau-Gaz de Strasbourg (R-GDS). Le principe de base est le suivant : utiliser de l’hydrogène comme carburant, qui n’émet que de l’eau pour faire fonctionner un moteur. La production d’hydrogène s’avère toutefois elle-même énergivore et génératrice de gaz à effet de serre, limitant pour le moment le déploiement de cette solution. La solution pourrait donc être… le maïs.

Éviter l’émission de 5 000 tonnes de carbone chaque année

À Vitry-le-François (Marne), Haffner Energy fait tourner le prototype d’une installation produisant 120 kg d’hydrogène par jour. La matière première utilisée ? De la biomasse, en l’occurrence de la plaquette de bois, et bientôt des rafles de maïs, et non plus de gaz naturel, comme c’est habituellement le cas. Le succès de ce prototype amène la start-up à développer une unité industrielle qui pourra produire 650 kg d’hydrogène par jour, en banlieue de Strasbourg, à partir de 2021. Une « première mondiale », selon R-GDS.

Ce volume de 650 kg d’hydrogène est suffisant pour faire circuler 1 600 véhicules sur une distance de 15 000 km. En l’occurrence, l’idée est d’utiliser ce carburant pour les bus strasbourgeois à la place du diesel, pour une économie de 5000 tonnes de carbone émis et 175 kg de particules fines par an, selon R-GDS.

De l’agriculture en amont et en aval du procédé

Faudra-t-il sacrifier le contenu des assiettes pour faire avancer les bus de Strasbourg ? Non, répond Haffner Energy. La partie du maïs utilisée pour produire l’hydrogène serait la rafle, le cœur des épis, un déchet non consommable. Ce procédé offrirait donc une nouvelle piste de valorisation pour une partie de la plante aujourd’hui sans réel débouché. Les agriculteurs pourraient s’y retrouver à chaque extrémité de cette filière nouvelle, car l’un des coproduits de ce procédé est le « biochar », un charbon utilisable pour amender les sols agricoles. L’installation en produirait quelques 1 500 tonnes chaque année, au bénéfice de maraîchers installés près de Strasbourg.

 

Ils vous intéresseront peut-être

Une pensée sur “De l’hydrogène à base de maïs dans le réservoir pour émettre moins de carbone”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *