Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Communication

Les laiteries ouvrent leurs portes au grand public jusqu’au 5 juin

Politique

Bio, bien-être animal, OGM, pesticides… l’opinion des Français éclairée par un sondage

Labels

Le commerce équitable connaît une croissance « exceptionnelle » en 2018

Biodiversité

Un rapport d’experts alerte sur l’érosion de la biodiversité (IPBES)

Communication

Agriculture et fake news scientifiques, une tendance difficile à enrayer

Abeilles

Des puces (électroniques) dans les ruches pour surveiller la santé des abeilles

Suivre des indicateurs étroitement liés à la santé des abeilles, et en déduire des conseils pour les apiculteurs. C'est le principe développé par la start-up Hostabee, qui commercialise des capteurs à placer au cœur des ruches. Découverte.

Par Eloi Pailloux - Publié le 09/04/2019 à 14:28

Commenter

Partager :

La santé d’une colonie d’abeille, comme celle d’un corps humain, peut être en partie évaluée par des indicateurs simples. La température et l’humidité, par exemple, donnent des indices précieux sur l’état d’une ruche. Ce sont les deux données que relèvent les capteurs proposés par la start-up Hostabee. Maxime Mularz, co-fondateur de l’entreprise, détaille : « La reprise de ponte, par la reine, en début de saison, est une phase cruciale, où l’enjeu alimentaire pour la ruche est prégnant. La montée en température à ce stade est à suivre de près pour s’assurer que tout se passe bien. »

Dites 33 (degrés Celsius)

La température monte et se stabilise à 33 °C pour la suite de la saison. Toute chute indique ensuite un péril. Et le suivi des données peut livrer quelques indices : « Une baisse de température progressive indiquera plutôt une menace comme le frelon asiatique, prédateur des abeilles », illustre Maxime Mularz. L’humidité informe davantage sur l’état de l’habitat en lui-même : si une partie de la ruche est trop humide, le risque de maladie augmente. « Nos capteurs ne sont que des outils d’aide à la décision : à l’apiculteur de prendre la mesure qui s’impose ! rappelle Maxime Mularz. Mais nous ne le laissons pas seul avec des chiffres, nous travaillons pour proposer des conseils. »

Des capteurs 100 % français

Car les capteurs Hostabee s’adressent aux apiculteurs professionnels comme amateurs. Une cible diversifiée qui impose aussi des prix accessibles. Le capteur, plus l’abonnement au service de suivi, revient à 96 €. « Nous avons dû prendre le temps de trouver le bon modèle, raconte Maxime Mularz. Au départ, nous souhaitions une ruche équipée d’une balance, d’une station météo, mesurant le son, la luminosité, avec caméra de surveillance… mais cela aurait coûté dix fois plus cher qu’une ruche ! »

Une formule qui fonctionne : Hostabee a commercialisé un millier de capteurs en un peu plus d’un an, et son carnet de commande en compte plusieurs autres milliers pour les trois ans à venir. Et si la start-up commercialise son système dans 35 pays, le boitier, l’électronique et le montage, réalisé par un établissement et service d’aide par le travail employant des handicapés, sont « made in France ».

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *