Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Labels

Plus de 8000 exploitations certifiées HVE en 2020

Agro-écologie

Af-Ter, lancement d’un fonds de financement pour l’agroforesterie

Alimentation

Open Agrifood souhaite un ministère de l’Alimentation collectif

Alimentation

Le ministre de l’Agriculture signe une charte de mise en avant des produits frais et locaux

Initiative

Avec Cultivons demain, objectif 1 milliard d’euros pour adapter l’agriculture au changement climatique

Élevage

Des résidus de bois pour nourrir les animaux

L’Europe importe de grandes quantités de soja pour nourrir les animaux d’élevage. Or, la culture de cette plante est principalement OGM et concourt à la déforestation. Pour réduire cette utilisation, des start-up innovent, à l’instar d’Arbiom.

Par Stéphanie Ayrault - Publié le 20/10/2020 à 10:31

Commenter

Partager :

Pour accroître l’autonomie de la France en protéines végétales, notamment dans le secteur de l’élevage, des sociétés innovent. C’est le cas d’Arbiom qui propose de convertir des résidus de bois en protéines.

Le bois, un ingrédient traçable et sans OGM

« La solution est durable et l’industrie du bois est mature, avec une traçabilité du produit. De plus cela n’entre pas en compétition avec la ressource consommable, c’est disponible toute l’année. C’est un ingrédient économique, traçable et sans OGM », explique Laura Vasselin, responsable partenariats chez Arbiom, lors d’une conférence « Enjeux protéines : tour d’horizon des alternatives pour la nutrition animale », le 17 septembre à l’occasion du Space.

Riche en protéines

Avec un procédé enzymatique, le bois est réduit en cellulose, puis en ingrédient riche en protéines, appelé Sylpro, à destination de l’alimentation humaine et animale. Le produit atteint 55 % en moyenne de taux de protéines, avec une digestibilité de 92 %.

Le projet à débuté en 2017 avec une dizaine d’acteurs européens. Il se finit en août 2021. Si pour l’heure l’aquaculture est le premier marché visé, l’alimentation des porcs pourrait être concernée.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *