Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Communication

Les laiteries ouvrent leurs portes au grand public jusqu’au 5 juin

Politique

Bio, bien-être animal, OGM, pesticides… l’opinion des Français éclairée par un sondage

Labels

Le commerce équitable connaît une croissance « exceptionnelle » en 2018

Biodiversité

Un rapport d’experts alerte sur l’érosion de la biodiversité (IPBES)

Communication

Agriculture et fake news scientifiques, une tendance difficile à enrayer

Modes de production

Élevages de poules pondeuses, la crise couve entre L214 et Avril

L214 a lancé, à Rennes, une campagne de communication contre le producteur d'œufs Avril afin qu'il prenne des engagements pour cesser l'élevage des poules pondeuses en cage. Le groupe explique ses engagements en la matière.

Par Stéphanie Ayrault - Publié le 23/04/2019 à 17:22

Commenter

Partager :

Campagne d’affichage depuis le 17 avril dans la ville de Rennes, journée de mobilisation le 18 avril dans la capitale bretonne et à Bruz, où Avril a récemment ouvert son campus… L214 a lancé une semaine de mobilisation pour dénoncer les pratiques d’élevage au sein du groupe industriel.

Campagne d’affichage à Rennes

Objectif : presser le premier producteur d’œufs en France de stopper l’élevage des poules en cage. « Alors que D’aucy, l’Œuf de nos Villages et les plus grands groupes se sont engagés à tourner le dos à l’élevage en cage des poules, le groupe Avril et sa marque Ovoteam n’ont aucune excuse pour ne pas s’engager publiquement à cesser une pratique aussi cruelle envers les animaux », indique l’association.

Matines arrête les cages en 2025

Le groupe parle d’un acharnement. « La campagne d’affichage est violente pour nous et les éleveurs, indique Tom Doron, un porte-parole du groupe. Mais cela ne nous empêche pas d’avancer vers la transition des élevages. » Car Avril a déjà communiqué sur ces efforts en la matière. Sa marque Matines s’est engagée à bannir totalement les cages d’ici à 2025. « 70 % de nos éleveurs engagés dans la marque auront déjà passé ce cap en 2023, poursuit-il. Nous travaillons en concertation avec les producteurs et avec l’association de bien-être animal CIWF. »

Quant aux ovoproduits, Avril explique qu’il est dépendant de la volonté de ses clients. « Nous ne pouvons pas prendre la décision à leur place, poursuit le porte-parole. Nous les sensibilisons. Le virage de la transition ne peut pas se faire du jour au lendemain. »

Ils vous intéresseront peut-être

Une pensée sur “Élevages de poules pondeuses, la crise couve entre L214 et Avril”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *