Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Pesticides

Pesticides et protection des riverains, la polémique pulvérise des records d’agitation médiatique

Pesticides

Fongicides SDHI, entretien avec Gérard Lasfargues, directeur général délégué du pôle sciences pour l’expertise de l’Anses

Bio

Le bio devrait continuer à progresser, mais reste concentré sur relativement peu de consommateurs

Initiative

Élevage, quand les élèves de lycées agricoles s’adressent à ceux des filières générales

Pesticides

Le maire qui souhaitait limiter les pesticides près des habitations de son village débouté par la justice

Modes de production

Élus et consommateurs mobilisés pour une transparence totale sur l’origine du miel

La demande de transparence sur l'origine du miel se fait de plus en plus insistante. En témoigne l'appel de 67 parlementaires, le 28 juin, pour mettre fin à l'opacité en la matière. Un sondage, dévoilé le même jour, établit que 94 % des Français se montrent favorables à une transparence totale sur les pays d'origine des différents miels en cas de mélange.

Par Laure Hänggi - Publié le 02/07/2019 à 17:33

Commenter

Partager :

« Faisons toute la transparence sur l’origine du miel ». C’est le titre d’un appel lancé, le 28 juin, par 67 élus issus d’horizons politiques divers. Tous sont membres du Comité de soutien des élus à l’abeille et aux apiculteurs. Ceux-ci veulent profiter de la rédaction en cours au niveau européen, d’un décret par les ministres de l’Économie et de l’Agriculture sur l’étiquetage des miels, pour mobiliser sur la question au niveau français. Exigence principale : « offrir aux consommateurs la pleine information sur les proportions des différentes origines de miel composant les pots », alors que 80 % du miel consommé en France est importé. Les deux origines principales : la Chine et l’Ukraine.

Des mentions imprécises sur l’origine

Actuellement, les mentions « Origine UE », « non UE », ou les deux à la fois peuvent être inscrites sur les pots de miel. Des indications relativement floues, notamment en cas de mélange de miels. « Les derniers débats parlementaires sur le sujet en avril au Sénat ont révélé un consensus pour aller au-delà de la simple liste des pays d’origine. Car cette seule énumération n’est pas satisfaisante : elle ne permet pas de distinguer un pot composé à 98% de miel chinois et à 2% d’un miel français d’un pot qui contiendrait 98% de miel français et 2% de miel chinois », soulignent les élus dans leur appel.

 94 % des Français pour davantage de transparence

Des exigences qui semblent correspondre à une attente des consommateurs. En effet, selon un sondage commandé par l’Union nationale de l’apiculture française (Unaf) et Agir pour l’environnement, révélé le même jour, 94 % des Français sont favorables à une transparence totale sur les pays d’origine des miels composants les pots de miel. Une même proportion souhaite voir figurer, sur l’étiquette, la proportion de chaque miel en fonction de son pays d’origine, comme ce sera bientôt le cas en Espagne.

L’Unaf rappelle les difficultés de l’apiculture française depuis plusieurs années à écouler ses stocks face à « la concurrence déloyale » de miels étrangers de moindre qualité. À noter qu’une pétition, demandant plus de transparence sur l’origine du miel, a d’ores et déjà recueilli près de 50 000 signatures.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *