Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Politique

Covid-19, appel unanime à privilégier les produits frais et français pour soutenir les agriculteurs

Coronavirus

Les agriculteurs en quête de saisonniers

Initiative

Face au coronavirus, des agriculteurs appellent à la solidarité en faisant don de leurs masques

Économie

Les acteurs agricoles se mobilisent face aux conséquences du coronavirus

SIA 2020

L’institut de recherche Arvalis lance un site de vulgarisation de ses travaux

Politique

Emmanuel Macron ne veut pas signer « en l’état » l’accord avec le Mercosur

Invité à s'exprimer sur France 2 le 26 août 2019, à l'issue du sommet du G7 qui se tenait en France, le président de la République Emmanuel Macron s'est dit opposé, « en l'état », à l'accord de libre-échange avec les pays sud-Américains du Mercosur.

Par Laure Hänggi - Publié le 29/08/2019 à 17:52

Commenter

Partager :

Impression d’écran France Télévision.

« En l’état, je ne le signerai pas. » À l’occasion d’une intervention télévisée sur France 2, le 26 août, à l’issue du G7, le Président de la République Emmanuel Macron a été invité à réagir sur l’accord de libre-échange avec les pays du Mercosur. Une position ferme qui satisfait les représentants du secteur agricole, inquiets face à la perspective de cet accord.

Dans un communiqué commun, la Fédération nationale des syndicats des exploitants agricoles (FNSEA) et Jeunes agriculteurs (JA) ont salué cette annonce, évoquant d’une « décision de sagesse », devant « constituer une réelle prise de conscience de la part de nos décideurs politiques pour bâtir un commerce international qui se base sur des règles de concurrence loyales et transparentes ».

Contexte tendu avec le président brésilien

Une opposition qui intervient dans le cadre d’un refroidissement des relations entre le président brésilien, Jair Bolsonaro, et Emmanuel Macron. « Un accord c’est un tout, il faut qu’on respecte nos engagements climatiques. Bolsonaro a renvoyé des scientifiques indépendants. Ce n’est pas moi qui ai changé, c’est simplement lui qui n’a pas respecté sa parole », a clamé le président de la République. Et d’affirmer avoir « toujours été prudent » face à ce projet d’accord.

« Nous avons beaucoup amélioré le Ceta avec le Canada », a-t-il enfin plaidé. Des déclarations qui interviennent alors même que le Brésil est au cœur de toutes les attentions, en raison des nombreux feux ravageant la forêt amazonienne depuis plusieurs semaines. Et que la politique de déforestation y est largement questionnée.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *