Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Alimentation

En dépassant les 2 milliards d’euros de vente, le commerce équitable franchit un cap inédit en France

Élevage

Réchauffement climatique, la poule déploie ses allèles

Modes de production

Avec l’agroforesterie, La Poste se veut facteur de durabilité

Cultures

La hausse des prix des graines de moutarde pique les industriels du secteur

Bien-être animal

Présidentielle 2022, la sensibilité des candidats à la condition animale passée au crible

Cultures

En Loir-et-Cher, un cépage disparu reprend racine

Il n'était plus cultivé depuis plusieurs décennies, mais pourrait faire son grand retour, favorisé par la hausse des températures de la région. Dans le Loir-et-Cher, un viticulteur et des associations se sont mobilisés pour replanter des pieds de Lignage, avec l'espoir de faire revivre ce cépage de terroir.

Par Laure Hänggi - Publié le 21/04/2022 à 17:28

Commenter

Partager :

Le Lignage fait partie des cépages rares et anciens du Centre-Val de Loire. Il était particulièremen réputé dans la région de Blois. En Indre-et-Loire il était dénommé Macé Doux.

Après le Chatus en Ardèche, c’est au tour du cépage Lignage de faire l’objet d’une réintroduction dans le Loir-et-Cher. 82 pieds de ce cépage ont été réimplantés, début avril, par l’association Agir pour les cépages rares de Centre-Val de Loire, et l’association vigneronne des cépages rares du Berry et de la Sologne. L’initiative a été impulsée par le domaine viticole de la famille Puzelat, sur lequel le cépage a été replanté. « Nous avons voulu relancer ce cépage parce que c’était un projet familial de mon père non abouti », indique Thierry Puzelat. Le vigneron a retracé l’existence de ce cépage au XIXe siècle sur son domaine, le Clos du Tue-Boeuf.

Quatre années de travail

L’entreprise n’a pourtant pas été aisée. En effet, la seule souche qui avait été conservée, et qui se trouvait au Centre de ressources biologiques Inrae de Vassal-Montpellier, a été touchée par la virose en 2018. Quatre années de travail ont été nécessaires pour assainir la souche et pouvoir procéder à la plantation des premiers pieds. Un retour inespéré pour le cépage Lignage totalement disparu jusqu’alors. Des traces attestent de sa présence au XVe siècle, où il jouissait d’une certaine réputation. Selon des écrits, il donnerait un vin rouge délicat et peu coloré. Sa faible production, plus que ses qualités gustatives, seraient ainsi responsables de sa disparition. L’humidité et un ensoleillement insuffisant auraient eu raison de sa pérennité. Les températures moyennes de la région augmentant sous l’effet du changement climatique, le Lignage pourrait néanmoins bien renaître de ses cendres.

Le Lignage est abandonné à partir des années 1860, principalement à cause de sa forte sensibilité à l’oïdium. En 1958, le cadastre viticole n’en recense plus que 11 ares sur le département du Loir-et-Cher.

Être en phase avec l’environnement

Avec ce projet, les associations souhaitent redonner aux vignerons la possibilité de cultiver un cépage de terroir, via son inscription au catalogue officiel, espéré pour 2026. « Cette parcelle expérimentale est une représentation de la biodiversité viticole du territoire, elle répond aux enjeux sociétaux et environnementaux actuels et futurs », précise François Bonhomme, président de l’Union pour les ressources génétiques du Centre-Val de Loire, partenaire du projet. Il faudra néanmoins attendre plusieurs années, cinq en moyenne, pour pouvoir goûter ce cru historique !

Le budget total du projet est de 40 000 €, financé à 50 % par la Région, via le dispositif Contrat régional de solidarité territoriale. La recherche de co-financement est en cours pour équilibrer le budget.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.