Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Pesticides

Le label « Zéro résidu de pesticides » revendique un déploiement positif après moins de deux ans

Pesticides

Riverains et pesticides, dix-huit départements ont leur charte de bon voisinage

Climat

Rémi, agriculteur participant à la Convention citoyenne pour le climat : « Je n’ai pas hésité une seconde ! »

Communication

#AgriLoving, la campagne de communication positive au ton décalé

Modes de production

« Les pouvoirs publics doivent nous laisser la possibilité d’adopter des critères environnementaux »

Enrichir les sols avec du compost-mortem

Par Eloi Pailloux - Publié le 02/05/2019 à 13:55

Commenter

Partager :

Si les Anglais compostent les livres sterling retirées de la circulation, les Américains de l’État de Washington pourront désormais se composter eux-mêmes – après leur décès. Faire don de son corps à l’agriculture, pour fertiliser les champs sans utiliser de produits de synthèse, c’est le calcul écolo que le gouverneur de cet État veut offrir à ses concitoyens. Le principe, décrit par le journal le Parisien, est simple : le défunt est enterré dans un linceul biodégradable, dans une terre spécifiquement étudiée (paille, végétaux dégradés). Après douze mois, et la réduction des os en poudre, la famille peut récupérer environ un mètre cube de compost. En France, malgré une tentative d’une sénatrice, en 2016, d’ouvrir la porte à cette pratique, la démarche reste interdite.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *