Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Alimentation

Restauration collective, Montreuil (93) veut 70 % de bio dans les assiettes

Modes de production

M2i Life Sciences met la chimie au service de la confusion sexuelle

Cultures

La capacité des plantes à se détecter entre elles, une piste agronomique porteuse

Modes de production

Le bio bat des records en 2018

Pesticides

Pour la première fois, un pesticide jugé perturbateur endocrinien est retiré du marché

Alimentation

États généraux de l’alimentation : les attentes et connaissances des consommateurs analysées (sondage)

La Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature (Frapna) et la Fédération de la région Auvergne pour la nature et l'environnement (Frane) ont réalisé un sondage auprès de leurs sympathisants. Objectif : orienter leurs propositions dans le cadre des États généraux de l'alimentation. Retour sur les enseignements de cette consultation.

Par Campagnes & Environnement - Publié le 30/11/2017 à 12:53

Commenter

Partager :

Les États généraux de l’alimentation, actuellement en cours, offrent une fenêtre privilégiée pour faire des propositions aux pouvoirs publics. La Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature (Frapna), et la Fédération de la région Auvergne pour la nature et l’environnement (Frane) ne veulent pas rater le créneau. Elles ont mobilisé leurs sympathisants pour l’occasion.

1076 d’entre eux ont été consultés. Très majoritairement (98 %) prêts à changer leurs habitudes alimentaires pour une juste rémunération des agriculteurs, ils souhaitent prioritairement des produits sains, de qualité, préservant l’environnement et le bien-être animal. Par ailleurs, la création d’un écolabel équitable est une solution susceptible de les séduire.

Un appétit certain pour plus d’informations

Pour se nourrir en toute sécurité, les répondants au sondage font majoritairement (78,8 %) confiance aux produits fermiers issus de l’agriculture biologique et marquent inversement une défiance très importante (87,8 % d’entre eux) aux plats préparés des grandes marques de distribution.

Face à la diversité des approches en agriculture, les consommateurs interrogés estiment « bien connaître » l’agriculture raisonnée, biologique ou conventionnelle, un peu l’agro-écologie et très peu la HVE, Haute valeur environnementale. Dans tous les cas, ils manifestent le désir d’avoir plus d’informations.

Enfin, concernant la transition écologique et économique de nos assiettes, les répondants au sondage font globalement confiance pour y parvenir aux agriculteurs et aux consommateurs eux-mêmes, mais fort peu aux organisations agricoles, aux pouvoirs publics et aux politiques.

Pour aller plus loin.

D.R.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *