Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Pesticides

Le Gouvernement présente son plan pollinisateurs pour les cinq prochaines années

Politique

Innovation, 877,5 M€ mobilisés pour l’agroécologie et l’alimentation durable

Alimentation

Neuf enseignes vont tester le Planet-score dans leurs rayons

Labels

Un « sentiment d’essoufflement » pour les Siqo

Initiative

Transition souhaite accompagner un millier d’agriculteurs vers le bio d’ici à 2023

Ferme verticale, autorisation de mise sur le marché, les insectes ont le vent en poupe

Le 6 mai, l’entreprise française Ÿnsect, spécialisée dans l’élevage d’insectes, a posé la première pierre d'une nouvelle unité de production de sa ferme verticale Ÿnfarm, la plus grande au monde, basée à Amiens. Deux jours avant, la Commission européenne avait délivré la toute première autorisation de mise sur le marché de l'UE d'insectes en tant que nouveaux aliments.

Par Laure Hänggi - Publié le 06/05/2021 à 17:56

Commenter

Partager :

36 mètres. C’est la hauteur de la plus grande ferme verticale au monde et elle est française ! La société ŸnFarm s’est lancée dans un projet d’envergure en construisant cette ferme, qui produira des insectes, sur une surface de 45 000 m² et une capacité de production à terme de 200 000 tonnes d’ingrédients par an. La troisième unité de production de l’entreprise a été inaugurée le 6 mai en présence de de Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, de Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture, et de Cédric O, secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique et des communications électroniques.

Produire 1kg de protéines d’insectes requiert 98% de moins de terre que toute autre production agricole.

➡️ Une alternative efficace et écologique au soja importé d’Amazonie pour nourrir nos animaux.@J_Denormandie @cedric_o @Ynsect pic.twitter.com/rViGvKiDpj

— Barbara Pompili (@barbarapompili) May 6, 2021

Développement économique et social

Implanter cette ferme verticale à Amiens Métropole s’inscrit dans une logique de développement économique et social pour le leader mondial de la production d’ingrédients naturels à base d’insectes. 500 emplois directs et indirects seront créés. L’économie territoriale sera sollicitée. « La région des Hauts-de-France est notamment l’une des premières à cultiver le blé et le colza, des céréales dont Ÿnsect utilise les co-produits pour l’alimentation de son scarabée Molitor », précise Ÿnsect dans son communiqué du 6 mai.

Préservation des écosystèmes agricoles

Afin de contribuer à la régénération et la préservation des sols pour les filières agricoles des Hauts-de-France, Ÿnsect annonce aussi le lancement du programme TerrHa en collaboration avec la coopérative Noriap et l’entreprise Pur Projet. 1700 km de haies et des arbres sur 1700 hectares au sein des parcelles seront plantées d’ici à 2040, soit l’équivalent de 1,8 million d’arbres.

Des vers de farine dans les assiettes

Par ailleurs, hasard du calendrier, la Commission européenne a autorisé le 4 mai la consommation humaine de vers de farine jaune séchés en Europe. Une évaluation scientifique menée par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (AESA) avait débouché sur un avis favorable en janvier dernier. Il s’agit de la toute première autorisation de mise sur le marché de l’UE d’insectes en tant que nouveaux aliments. « Ce nouvel aliment peut être utilisé comme insecte séché entier sous forme de collation ou comme ingrédient, par exemple sous forme de poudre dans des produits protéiques, biscuits ou produits à base de pâtes », précise la Commission Européenne dans un communiqué du 4 mai.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *