Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Cultures

La lavande a pratiquement doublé ses surfaces françaises en dix ans

Abeilles

Un projet de décret éclaircit l’origine des différents miels en cas de mélange

Modes de production

Coup de froid pour les partisans des serres chauffées en bio

Modes de production

Serres chauffées en bio, ultimes passes d’armes entre partisans et opposants avant la décision de l’Inao

Alimentation

Restauration collective, Montreuil (93) veut 70 % de bio dans les assiettes

La 101e appellation d’origine protégée française revient au jambon du Kintoa

Déjà reconnu AOC en 2016, le jambon du Kintoa, spécialité du Pays Basque, bénéficie désormais également d'une AOP. Une double casquette inespérée il y a trente ans, quand la race dont il est issu, le Pie noir du Pays Basque, était en voie d'extinction.

Par Eloi Pailloux - Publié le 09/07/2019 à 10:50

Commenter

Partager :

La Commission européenne ne veut pas lâcher les Basques du Kintoa… et notamment ceux qui font vivre la modeste filière porcine de ce territoire situé entre le Pays Basque, le Béarn et les Landes. Bruxelles annonce ainsi, le 2 juillet, avoir accordé une appellation d’origine protégée (AOP) au « jambon de Kintoa », pour les cochons « Pie noir du Pays Basque ».

Seulement 27 individus en 1988

Un aboutissement qui semblait inespéré, en 1988, quand il ne restait plus que 25 truies et deux verrats vivants. L’extinction paraissait alors inéluctable, mais des éleveurs locaux ont synchronisé leurs efforts et rassemblé ce maigre cheptel pour initier le sauvetage de cette race. En 1994, la population s’élève à 136 truies et 34 verrats. « L’association pour le Développement de la Filière Porc Basque » est créée sept ans plus tard, en 2001, tout comme le Séchoir Collectif des Aldudes, créé par des artisans charcutiers du Pays Basque. En 2015, 309 truies sont productives, pour 2000 porcelets mis en engraissement, et 5714 jambons mis en affinage.

Un cumul AOP et AOC

Aujourd’hui, la filière rassemble 73 agriculteurs, un abattoir, quatre artisans bouchers-charcutiers et deux séchoirs. Elle obtient cette AOP, la 101e au niveau français, trois ans après l’appellation d’origine contrôlée (AOC). Parmi les critères retenus dans ces cahiers des charges, certains ont trait au bien-être des animaux : l’élevage des porcs se fait en petit lot, avec au maximum 35 porcs par hectare, sur des parcours composés obligatoirement de prairie, landes et bois. Leur alimentation, au-delà de ces parcours, est composée de céréales non-OGM, produites sur une aire géographique très localisée.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *