Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Alimentation

La baguette à 29 centimes de Leclerc ne passe pas au sein du secteur agricole

Élevage

Élevages d’insectes, un secteur qui grouille de perspectives

Politique

12 M€ supplémentaires par an pour prévenir le mal-être des agriculteurs

Pesticides

Le Gouvernement présente son plan pollinisateurs pour les cinq prochaines années

Politique

Innovation, 877,5 M€ mobilisés pour l’agroécologie et l’alimentation durable

huiles

SIA 2019 – Un bouquet de lavande pour le Salon

En pleine expansion en France, mais confrontés à un virus qui impacte durement la filière, lavande et lavandin s'exposaient sur le stand du Groupement national des semences et plants (Gnis), lors du Salon de l'agriculture, le 26 février.

Par Eloi Pailloux - Publié le 27/02/2019 à 15:29

Commenter

Partager :

Odile Tassi, productrice de lavande, propose sur le stand du Gnis, aux visiteurs de produire leur propre crème de lavande.

Si la lavande n’est plus à présenter, en tant que plante, sa filière de production reste méconnue. Le Groupement national des semences et plants (Gnis) a eu du nez en profitant du Salon de l’agriculture pour proposer un focus sur « l’or bleu ». Une culture en pleine expansion, puisqu’elle a vu ses surfaces augmenter de 47 % sur les dix dernières années. Aujourd’hui, la lavande et le lavandin, un hybride, représentent 25 000 hectares, pour 2000 producteurs et gagnent du terrain. « Les bassins historiques se situent au Sud-Est, notamment en région Paca, mais la région parisienne et le Quercy construisent des filières », explique Philippe Roux, délégué régional du Gnis Sud-Est.

La cicadelle, un insecte pas en odeur de sainteté

Une dynamique porteuse, quoiqu’entamée par un ravageur : la cicadelle, insecte vecteur d’un virus, le phytoplasme du Stolbur. Une maladie qui impacte jusqu’à la moitié des rendements. Un obstacle que la France a senti passer, perdant même son leadership mondial en tant que producteur, au profit de la Bulgarie. « La filière s’active pour remettre en circulation des plants sains, via une certification, et favorise la diffusion de variétés tolérantes et l’utilisation de solutions naturelles », complète Philippe Roux.

Très largement utilisé par le secteur des cosmétiques et des produits d’entretien, la lavande et le lavandin sont aussi utilisés, sous forme d’huile essentielle, comme répulsif à insectes, comme anti-sceptique ou relaxant. Et, pour justifier leur place dans notre rubrique « De la fourchette à la fourche », ils peuvent être butinés pour produire du miel de lavande, ou comme aromates.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *