Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Pesticides

Riverains et pesticides, dix-huit départements ont leur charte de bon voisinage

Climat

Rémi, agriculteur participant à la Convention citoyenne pour le climat : « Je n’ai pas hésité une seconde ! »

Communication

#AgriLoving, la campagne de communication positive au ton décalé

Modes de production

« Les pouvoirs publics doivent nous laisser la possibilité d’adopter des critères environnementaux »

Nouvelles technologies

« La nutrition n’est pas le seul critère de choix lors de l’achat », Laurent Pasquier, co-fondateur de C’est qui le patron ?!

vins-et-autres-boissons

Un vin blanc bio qui ne manque pas d’R

C'est un vin blanc, bio, simplement baptisé [R] en raison de trois caractéristiques qui lui sont propres : rare, résistant, recherche. Un profil qui permet au vigneron qui le produit, dans l'Hérault, de ne pas utiliser de fongicides, même ceux qui sont autorisés en bio.

Par Eloi Pailloux - Publié le 03/06/2019 à 10:37

Commenter

Partager :

Rare, Résistant, et fruit d’une Recherche poussée. Ce sont les trois « R » d’une cuvée de vin biologique dont le nom est donc, sobrement, la 18e lettre de l’alphabet. La « rareté » renvoie à l’originalité des cépages de la cuvée : le Souvignier Gris et le Muscaris. Un alliage fruit de la « recherche » d’un viticulteur de l’Hérault, Vincent Pugibet, cherchant à aboutir à un vignoble nécessitant le moins de traitements phytosanitaires possibles. Et c’est ici qu’intervient le troisième « R » : les vignes de la cuvée [R] sont naturellement résistantes aux maladies.

« ADB » pour « au-delà du bio »

Adapté aux conditions de culture méditerranéennes, ce vignoble permet au viticulteur de ne pas utiliser de fongicide, y compris le cuivre ou le soufre, autorisés en agriculture biologique. Pour le distributeur Arthur & Adrien, qui commercialise ce vin blanc, ce mode de production va donc « au-delà du bio ». Car si le cuivre et le soufre sont des substances naturelles, ils n’en ont pas moins une empreinte environnementale : « Le cuivre fait partie de la famille des métaux lourds polluant les sols, et le souffre est issu d’une industrie pétrochimique polluante », rappelle le distributeur.

Plus d’information ici.

Ils vous intéresseront peut-être

2 réponses sur “Un vin blanc bio qui ne manque pas d’R”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *