Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Alimentation

Agribalyse souligne les limites de l’impact environnemental de l’alimentation

Modes de production

Ynsect construit la plus grande ferme verticale du monde

Politique

Betterave, les députés valident des dérogations pour les néonicotinoïdes

Initiative

Une plateforme collaborative pour préserver les terres agricoles

Politique

ImPACtons, les citoyens ont pris la mesure de la complexité de l’agriculture

Cultures

Glyphosate, une alternative naturelle à l’étude en Allemagne

Pas d'alternative d'origine naturelle au glyphosate ? Pas si sûr ! Une molécule de sucre découverte par des chercheurs de l'Université de Tübingen, en Allemagne, pourrait le remplacer. Les scientifiques ont cependant besoin de temps pour valider son efficacité sur le terrain et son innocuité à long terme.

Par Gaelle Gaudin - Publié le 20/02/2019 à 10:15

Commenter

Partager :

Encore un sucre, dans votre blé ? C’est peut-être une phrase d’avenir dans les stratégies herbicides en agriculture. À l’heure où l’interdiction du glyphosate se précise, et alors que les agriculteurs font valoir le manque de solution alternative efficace, des chimistes et microbiologistes de l’Université de Tübingen, en Allemagne, annoncent une découverte intéressante. En l’occurrence, une molécule de sucre qui inhibe la croissance des plantes et des micro-organismes, et inoffensive pour les cellules humaines. L’étude a été publiée dans la revue Nature Communications.

L’utilisation en plein champ n’est pas pour demain

Cette molécule, isolée de cultures de la cyanobactérie d’eau douce Synechococcus elongatus, porte le nom scientifique « 7-désoxy-sédoheptulose (7dSh) », précise l’Université dans un communiqué. Elle présente le même mode d’action que le glyphosate et constitue une potentielle alternative à la molécule chimique. Mais avant de l’utiliser comme herbicide naturel, elle doit encore faire l’objet d’études approfondies, notamment en ce qui concerne son efficacité sur le terrain, sa dégradabilité dans le sol et son innocuité pour les hommes et les animaux à long terme. Remettant sur le devant de la scène l’impérieux besoin de temps pour construire l’après-glyphosate

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *