Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Cultures

La lavande a pratiquement doublé ses surfaces françaises en dix ans

Abeilles

Un projet de décret éclaircit l’origine des différents miels en cas de mélange

Modes de production

Coup de froid pour les partisans des serres chauffées en bio

Modes de production

Serres chauffées en bio, ultimes passes d’armes entre partisans et opposants avant la décision de l’Inao

Alimentation

Restauration collective, Montreuil (93) veut 70 % de bio dans les assiettes

Politique

Grand débat, Emmanuel Macron aborde la question de l’avenir agricole

Le Président de la République estime qu'il y a un avenir pour l'agriculture française. Et même plusieurs avenirs… il l'a expliqué lors d'une discussion avec des jeunes, dans le cadre du grand débat national, le 7 février en Saône-et-Loire.

Par Eloi Pailloux - Publié le 08/02/2019 à 17:12

Commenter

Partager :

Emmanuel Macron face aux jeunes d’Étang-sur-Arroux – Capture d’écran France 3

« N’avez-vous pas peur qu’un jour en France, pays de la gastronomie et de l’excellence des denrées alimentaires, il n’y ait plus d’agriculteurs ? » Le 7 février, à Étang-sur-Arroux, Emmanuel Macron faisait face à une assemblée de jeunes, dans le cadre du grand débat national. Et cette question lui a été posée, dans une zone très agricole de la Saône-et-Loire.

« Un secteur d’avenir »

La réponse du Président de la République ? « Non, je n’ai pas peur. Ça dépend de nous. On s’est laissé glisser, c’est vrai. Mais nous avons saisi la question agricole il y a 18 mois, lancé les EGA, publié une loi qui doit permettre une évolution, une révolution. » À plusieurs reprises, il a insisté sur le fait que l’agriculture était un « secteur d’avenir ». Il a également dressé une liste des voies à suivre pour les agriculteurs. Première citée : une agriculture intensive, à vocation exportatrice. « Nous avons cette capacité, il faut l’exploiter. »

Jouer la carte productive ou celle de la qualité

Deuxième piste : la « spécialisation », autrement dit la recherche d’une valeur ajoutée plutôt que la production en quantité. Emmanuel Macron a cité les signes de qualité, entre autres cahiers des charges « faisant des produits français des produits reconnus et supérieurs à ceux qui viennent d’ailleurs. » Le bio en fait partie. « Nous importons pour un million d’euros de produits bio chaque année, ça laisse une marge pour plus de conversion », a-t-il détaillé. Même raisonnement pour les circuits courts : « 75 % de la viande proposée dans les restaurants viennent de l’étranger, c’est de la folie ! » Pour le chef de l’État, en revanche, il n’y a plus d’avenir pour l’agriculture de « moyenne gamme », qui ne se spécialise par sur un créneau de qualité, ni ne s’industrialise.

Emmanuel Macron, enfin, a souhaité sortir du périmètre productif de l’agriculture. « J’aime le mot « paysan », qui parle du paysage, du pays, a-t-il expliqué. Quand on est agriculteur, on s’occupe de l’environnement, des paysages, de la création d’énergie propre, de filières biosourcées… »


« Un système sanitaire de pointe en France »

Revenant sur le scandale de la viande polonaise avariée, Emmanuel Macron a défendu le système français. « Nous avons peut-être laissé d'autres [pays] développer moins d'exigences que nous en termes sanitaires. Mais notre système est très performant. Le scandale de la viande polonaise, nous avons su le détecter, il faut s'en féliciter. »

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *