Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Alimentation

Conseil national de la restauration collective : des aliments plus durables au menu

Politique

« Affaire du siècle » : quatre ONG attaquent l’État pour inaction climatique

Communication

« En 20 ans, le lien entre agriculture et environnement a changé », Étienne Davodeau, auteur de BD

Élevage

Lancement d’une réflexion sur un étiquetage spécifiant les modes d’élevage

Edito

Agriculteur agressé : un fait divers à condamner sans ambiguïté

En ville

Happy Vallée : 20 km d’agriculture urbaine entre Paris et Roissy

Entre Paris et Roissy, l'agriculture urbaine va décoller… Une vallée verte de 20 km est appelée à voir le jour le long de l'autoroute reliant les deux villes. Le Salon de l'agriculture a été l'occasion de faire le point sur ce projet, « Happy Vallée ».

Par Eloi Pailloux - Publié le 06/03/2018 à 17:45

Commenter

Partager :

Présenté aux Parisiens dès le mois de juin 2017, le projet d’agriculture urbaine entre Paris et Roissy, Happy Vallée, une vallée verte de 20 km, est sur la piste de décollage. La désignation de Paris pour l’organisation des Jeux olympiques 2024 amène un enjeu supplémentaire… Un point d’étape a été proposé lors du Salon de l’agriculture.

L’agriculture urbaine sur l’autoroute

Le projet ? Faire des 20 km de l’autoroute A1, entre Paris et Roissy, une vallée verte. Avec 10 000 véhicules toutes les heures, ce tronçon est la première et dernière image que de nombreux touristes gardent de la France… La Happy Vallée, c’est son nom, en est au stade de la mobilisation. Trois départements et pas moins de douze communes sont concernées. Le projet s’étalera sur 400 à 700 ha de terres agricoles, en bordure directe de l’A1, et une large portion en zone urbaine. L’agriculture urbaine sera bien entendue de la partie.

Des intérêts multiples !

Le Salon a été l’occasion de présenter les intérêts du projet, comme la contribution à la dépollution de l’air grâce aux dispositifs végétalisés. Les talus autoroutiers deviennent des réservoirs de biodiversité, notamment une ressource pour les pollinisateurs avec l’équivalent d’une ruche nourrie par kilomètre d’autoroute. L’installation d’au moins 10 000 m² de toitures aménageables avec des cultures urbaines est prévue, qui produit l’équivalent de plus d’un million de repas, pour les légumes, chaque année. La place de l’élevage est également en réflexion, à travers l’utilité du pastoralisme et la capacité du bétail à entretenir les surfaces en herbes (fauche et fertilisation).

Ils vous intéresseront peut-être

Une pensée sur “Happy Vallée : 20 km d’agriculture urbaine entre Paris et Roissy”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *