Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Élevage

Les associations de bien-être animal déçues par les annonces de Didier Guillaume

Pesticides

Glyphosate dans les urines, la variabilité des résultats selon la méthode utilisée se confirme

Sol

Notre rencontre avec le « Slip d’or » de la Foire de Châlons

Initiative

Ici la Terre, focus sur cette démarche qui invite les consommateurs à appeler les agriculteurs

Labels

La Haute valeur environnementale concerne désormais 2272 exploitations

Initiative

Ici la Terre, focus sur cette démarche qui invite les consommateurs à appeler les agriculteurs

La démarche a fait parler d'elle, lors de son lancement, courant septembre 2019. Ici la Terre est un numéro vert ouvert à tous les consommateurs souhaitant discuter avec un agriculteur, pour mieux connaître ce métier. Premier point d'étape avec l'un des trois initiateurs du projet, le céréalier Jérôme Regnault.

Par Eloi Pailloux - Publié le 18/10/2019 à 16:44

Commenter

Partager :

Campagnes et environnement : Moins d’un mois après le lancement du numéro vert Ici la Terre, quel est votre premier bilan ?

Jérôme Régnault : Le nombre d’appels fluctue en fonction de l’actualité. La presse a relayé notre démarche, et chaque reportage a provoqué un pic d’appels, jusqu’à 30 à 40 appels par jour. La diffusion d’émissions sur l’agriculture joue le même rôle. Nous avons recensé 300 appels sur les trois premières semaines. Aujourd’hui, nous avons élargi notre plage d’ouverture, du lundi au samedi de 10 heures à 18 heures, et nous sommes ouverts à d’autres agriculteurs, d’autres régions.

Quelles sont les thématiques sur lesquelles vous êtes les plus sollicités ?

J.R. : Nous avons eu quelques appels « énervés ». Mais très peu. Globalement, les personnes qui appellent nous félicitent pour la démarche, même si ça n’empêche pas parfois des questions piquantes. Les sujets abordés suivent l’actualité. Elles portent surtout sur le bien-être animal, concernant les élevages. Sinon, les pesticides sont évidemment souvent abordés, notamment le glyphosate. Notre objectif initial, qui concerne la compréhension et le respect mutuel, est atteint. Nous aussi, nous apprenons de ces appels !

Justement, quelle est la genèse de ce projet ?

J.R. : Nous sommes trois agriculteurs de l’Ouest parisien. Fanny Boschung est éleveuse près de Mantes-la-Jolie ; elle transforme et commercialise le lait de ses vaches sur sa ferme. Olivier Coupery est exploitant près de Montfort-l’Amaury, il propose également une pension hippique. Quant à moi, je travaille près de Plaisir, et je suis investi dans une association de défense de l’environnement, Versailles plaine responsable. Nous constations, depuis plusieurs mois, une rupture de la communication avec l’agriculture alors que dans le cadre de nos activités associatives, de loisir ou de commerce, nous conservions un lien avec les citoyens qui nous entourent. Nous souhaitions dupliquer ce lien.

Comment avez-vous organisé la concrétisation de ce projet ?

J.R. : En termes de budget, nous sommes partis sur une collecte en ligne. Nous avons créé un collectif, et évoqué le projet autour de nous, activé nos réseaux respectifs. Nous avons fini par aboutir à un groupe de 130 agriculteurs répartis sur la grande région parisienne : du Nord an Centre, et de la Normandie à la Marne. Soit environ un tiers de la surface française. Nous créons des permanences de cinq à six agriculteurs pour un créneau de deux heures.

Selon vous, quelle est la particularité de votre initiative ?

J.R. : Beaucoup d’initiatives existent dans le sens « agriculture-consommateur », notamment les nombreuses chaînes « d’agri-youtubeurs » qui rencontrent un beau succès. Nous voulons inverser le rapport, et inciter les consommateurs à venir vers nous. Et nous répondons sur nos compétences : nous ne sommes pas responsables de l’homologation des pesticides, nous ne sommes pas médecins ou sociologues ! Nous demandons aux répondants de parler d’eux, de ce qui les concerne. Et de ne surtout pas s’arrêter de travailler pendant leur permanence : c’est aussi un moyen d’orienter la discussion, en disant ce que l’on est en train de faire.

Ils vous intéresseront peut-être

Une pensée sur “Ici la Terre, focus sur cette démarche qui invite les consommateurs à appeler les agriculteurs”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *