Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Initiative

Ici la Terre, focus sur cette démarche qui invite les consommateurs à appeler les agriculteurs

Politique

Restrictions sur le lait, levée des mesures suite à l’incendie de l’usine Lubrizol

Labels

La Haute valeur environnementale concerne désormais 2272 exploitations

Politique

L’agriculture, mobilisée pour se faire entendre des politiques… et des consommateurs

Bio

Viticulture, toujours plus de surfaces en bio et des consommateurs ouverts au vin AB

Politique

Incendie de l’usine Lubrizol, quelles conséquences pour l’agriculture locale ?

La production agricole à l'arrêt. C'est l'une des conséquences indirectes de l'incendie de l'usine Lubrizol de Rouen. Le Préfet de Seine-Maritime interdit toute récolte dans les communes situées dans la trajectoire du nuage de fumée et impose de consigner les productions dans les exploitations. Didier Guillaume affirme son intention d'accompagner les agriculteurs, dont les pertes de revenu pourraient être conséquentes.

Par Stéphanie Ayrault - Publié le 02/10/2019 à 09:01

Commenter

Partager :

Les agriculteurs ne peuvent pas réaliser les récoltes dans un triangle Rouen-Beauvais-Dieppe.

250 000 euros par jour, en cumulant les pertes des 280 agriculteurs concernés… C’est la valeur estimée du préjudice pour les éleveurs laitiers installés sur la trajectoire du nuage issu de l’incendie de l’usine Lubrizol, en Seine-Maritime. Le 30 septembre, Didier Guillaume s’est déplacé à Rouen pour rassurer ces agriculteurs. « Vous serez indemnisés comme des victimes ; les coupables seront condamnés et l’État vous accompagnera », a-t-il promis.

Pas de récolte

La préfecture de Seine-Maritime a pris des mesures drastiques. D’une part, la récolte des productions végétales est interdite sur 112 communes dans un triangle Rouen-Dieppe-Beauvais. D’autre part, sur cette zone, les agriculteurs sont tenus de consigner plusieurs productions : les végétaux déjà récoltés, le lait collecté après le 26 septembre, les œufs des élevages de plein air pondus et le miel collecté depuis cette même date. La préfecture demande également aux exploitant de sécuriser l’alimentation et l’abreuvement des animaux en abritant eau et nourriture, et de rentrer les bêtes.

Une date de sortie de crise encore floue

Ces mesures s’appliquent « jusqu’à obtention de garanties sanitaires sur les productions ». Une échéance qui reste floue. « Comme nous ne savons pas ce que nous cherchons, les analyses sont longues », explique Jérôme Auckenthaler, directeur de la Chambre d’agriculture de Seine-Maritime. Didier Guillaume a assuré une transparence totale sur les analyses en cours et des premiers résultats d’ici à la fin de la semaine.

La Chambre d’agriculture exprime sa solidarité face à l’angoisse des exploitants, tout en les appelant à se conformer aux consignes, sans quoi ils s’exposent à perdre le bénéfice des mesures d’accompagnement financier. Elle prévoit de diffuser des conseils sur les mesures techniques envisageables pour faire face à la situation.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *