Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Alimentation

Educ’Agrifood, lancement d’une consultation nationale sur l’éducation à l’alimentation

Bio

Malgré la crise sanitaire, les consommateurs de bio toujours au rendez-vous

Politique

Le Conseil d’Etat juge « illégal » l’étiquetage de l’origine du lait

Labels

Zéro résidu de pesticides, des ventes en hausse en 2020

Initiative

Un tour de France en tracteur pour rencontrer les « agri’novateurs »

Élevage

Indépendance protéique, Innovafeed mise sur les insectes

Alors que l’indépendance protéique marque l’actualité avec l’annonce du Plan protéines végétales par le ministre de l’Agriculture, Julien de Normandie, le 1er décembre, Innovafeed a annoncé quelques jours plus tôt le mise en opération de sa nouvelle usine. Basée à Nesle, elle sera spécialisée dans la fabrication de protéines à base d’insectes pour l’alimentation animale. Présentée comme la plus grande unité de production mondiale, elle a une capacité de 15 000 tonnes.

Par Fabien Macé - Publié le 03/12/2020 à 16:47

Commenter

Partager :

Si la consommation d’insectes est parfois évoquée comme potentielle solution à la poussée démographique humaine, celle-ci pourrait également être mobilisée dans l’alimentation animale. C’est en tout cas le pari fait par l’entreprise française Innovafeed. Elle a annoncé, le 19 novembre, le lancement d’une usine de production de farines et d’huiles d’insectes à destination des élevages de poissons, volailles et porcs. Localisée dans la Somme, à Nesle, elle serait pour l’heure « la plus grande unité de production de protéines d’insectes au monde » avec une capacité de 15 000 tonnes. L’entreprise désire ainsi intensifier sa production après la mise en place d’une usine pilote en 2017. De quoi « participer à la nutrition de l’équivalent de 400 000 tonnes » de bétail, assure l’entreprise. Une annonce en phase avec l’actualité, le ministre de l’Agriculture, qui a fait de l’indépendance protéique son cheval de bataille, ayant annoncé le 1er décembre le Plan protéines tant attendu par la profession.

Des objectifs de performance environnementale

Cette nouvelle usine se fixe des objectifs de performances environnementales. Innovafeed espère économiser 57 000 tonnes de CO2 chaque année grâce à des partenariats avec la coopérative Tereos et la centrale biomasse Kogeban, dans l’idée d’ « une production 100 % circulaire ».

Des investissements à venir

Sur le terrain, la démarche d’Innovafeed semble convaincre : l’entreprise a réalisé une levée de fonds de 140 millions d’euros suite à l’ouverture de l’usine de Nesle. Cette somme servira à développer de futurs projets en France et à l’international. Un partenariat a notamment été noué avec Archer-Daniels-Midland Company, une multinationale œuvrant dans l’agro-industrie, qui vise la construction d’un nouveau site d’une capacité de 60 000 tonnes aux Etats-Unis. Des partenariats commerciaux ont également été noués avec Cargill, Italpollina ou Barentz, trois entreprises fournissant des produits innovants dédiés entre autre à l’alimentation animale.

Les porcs se mettent aux insectes

Des éleveurs se sont d’ores et déjà tourné vers les huiles à base d’insecte. C’est le cas de Porcilin, une marque de viande de porc réunissant quinze éleveurs des Hauts de France, dont 25 % des animaux reçoivent une alimentation enrichie en huile d’insecte depuis août 2020, en substitution d’huiles de colza. 800 porcs sont actuellement concernés, mais « c’est une première étape vers un objectif d’augmentation des volumes à partir du deuxième trimestre 2021 », précise Ghislain Lelong, président de l’association Le Porcilin.  Les premiers porcs nourris avec des insectes seront présents dans les rayons d’Auchan à partir du mois de janvier 2021.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *