Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Élevage

Peste porcine africaine : pour préserver ses élevages, la France ferme ses frontières… aux sangliers

Politique

Pesticides et ZNT, le monde agricole insatisfait menace de représailles contre… les stations d’épuration

Pesticides

Derrière la hausse des ventes de pesticides en 2018, plusieurs explications et tendances

Rétrospective

2019, une année d’actualité agricole sur notre site

Politique

Pesticides, insatisfaction générale sur les « zones de non traitement » fixées par le gouvernement

Communication

Journée de lutte contre le gaspillage alimentaire : le ministère fait ses contes

Le ministère de l'Agriculture mise sur la pédagogie pour sensibiliser à la lutte contre le gaspillage alimentaire. À l'occasion de la journée dédiée, le 16 octobre, plusieurs visuels fondés sur de célèbres contes pour enfant ont été diffusés.

Par Eloi Pailloux - Publié le 17/10/2017 à 16:03

Commenter

Partager :

En France, le gaspillage alimentaire représente 20 kg de déchets par an et par personne. Soit dix millions de tonnes de produits perdus chaque année. Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation a profité de la journée de lutte contre le gaspillage alimentaire, le 16 octobre, pour jouer la carte de la sensibilisation. Une campagne de communication qui invoque de célèbres contes pour enfants.

Des contes de Perrault aux États généraux

« Blanche-Neige aurait du croquer une pomme moche », « La soupe des trois ours n’est pas perdue pour Boucle d’Or », ou encore « À minuit, le potiron de Cendrillon fera un bon bouillon ». Diffusés sur le site du ministère et sur les réseaux sociaux, ces messages renvoyaient au site gaspillagealimentaire.fr. Un site sur lequel sont rappelés les grands chiffres du gaspillage, mais aussi des conseils pour aménager son frigo, accommoder ses restes ou encore mieux appréhender la logique des dates de péremption.

De son côté, Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, rappelle que cette thématique fait partie intégrante des États généraux de l’alimentation. Un atelier y est même dédié lors du second chantier, actuellement en cours.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *