Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Alimentation

Open Agrifood, une consultation nationale décrypte le lien des enfants avec leur alimentation

Politique

Lancement d’un Varenne agricole sur l’eau et le climat pour accroître la résilience des exploitations

Biodiversité

La stratégie nationale sur la biodiversité en consultation

Labels

La notation Nutriscore serait inadaptée aux produits traditionnels d’Occitanie

Initiative

Sodiaal vous invite à imaginer la coopérative de demain

Bio

La consommation de céréales bio serait meilleure pour la santé des oiseaux sauvages

Dans une étude publiée en mars 2021 dans Environmental Pollution, des chercheurs du Centre d’études biologiques de Chizé et du laboratoire Biogéosciences, affirment que la consommation de céréales bio serait meilleure pour la santé des oiseaux sauvages, et que l'ingestion de céréales conventionnelles, sur le long terme, pourrait avoir des conséquences sur leur cycle biologique. Ils plaident pour que ces effets soient pris en compte dans l'évaluation des risques liés aux pesticides.

Par Sabrina Beaudoin - Publié le 01/06/2021 à 12:06

Commenter

Partager :

Manger bio, une pratique bénéfique pour les oiseaux ? C’est en tout qu’à ce qu’a démontré une étude publiée en mars dans la revue Environmental Pollution. Pour obtenir des résultats, les chercheurs du Centre d’études biologiques de Chizé et du laboratoire Biogéosciences ont utilisé une
procédure expérimentale dans laquelle « des perdrix grises ont été nourries avec des céréales issues de l’agriculture biologique ou conventionnelle pendant 26 semaines, imitant ainsi strictement les oiseaux sauvages en quête de nourriture dans les champs », précise l’étude. Pour justifier leur recherche, les auteurs de l’étude avancent que, si « l’intensification de l’agriculture est maintenant reconnue comme un facteur majeur régissant la perte de biodiversité », le sujet des « effets à long terme d’une exposition chronique à de faibles doses de pesticides » a moins été étudié.

Des résultats en dix semaines

Selon l’étude, des résultats sont observables en moins de 10 semaines. Le comportement, l’immunologie, la reproduction, la physiologie des animaux consommant des aliments issus de l’agriculture conventionnelle se dégradent. Des signes de stress physiologique induisant une charge parasitaire intestinale plus élevée ont ainsi, par exemple, été observés. Les chercheurs ont aussi constaté que la corpulence des femelles nourries avec du grain conventionnel augmentait.

Pas de surmortalité observée

« Nous montrons pour la première fois que l’ingestion de faibles doses de pesticides sur une longue période a des conséquences à long terme sur plusieurs voies physiologiques majeures », indiquent les chercheurs, qui soulignent néanmoins qu’aucune différence de mortalité n’a néanmoins été observée. Les scientifiques plaident néanmoins pour que ces effets de long terme soit intégrés dans l’évaluation des risques liés aux pesticides.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *