Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Climat

Emmanuel Macron valide les mesures agricoles de la Convention pour le climat

Initiative

Protéines végétales, les étudiants se mobilisent pour présenter des alternatives innovantes 

Politique

Un compte-rendu d’étape du débat public sur la Pac adressé à Didier Guillaume

Alimentation

Les acteurs de la restauration hors-domicile s’engagent à privilégier les produits français

Alimentation

Une paille pour boire… et à manger ! 

Élevage

La consommation d’œufs « hors cage » devient la norme

En un an, le nombre de poules élevées au sol, en plein air ou en bio a bondi de 13 %. Une évolution des pratiques tirée par le marché : plus de la moitié des œufs vendus en grande distribution sont issus de productions alternatives. L'objectif est d'atteindre une poule sur deux élevée hors cage d'ici à 2022. Ce qui nécessite de forts investissements.

Par Stéphanie Ayrault - Publié le 16/10/2018 à 11:12

Commenter

Partager :

Les Français consomment de plus en plus d’œufs alternatifs à la production en cage. 53 % des œufs vendus en grande distribution sont ainsi issus d’une poule élevée au sol, en plein air ou en bio, selon les chiffres publiés le 9 octobre par le Comité national pour la promotion de l’œuf (CNPO). Sur les neuf premiers mois de l’année, les achats d’œufs de plein air ont augmenté de 7,7 %, ceux en bio de 3,7 % et les œufs standards ont reculé de 4,1 %. Les modes de production alternatifs gagnent également du terrain dans les préparations des professionnels de la restauration et de l’agroalimentaire. Si les produits standards restent majoritaires avec 73 % des œufs utilisés, ils ont perdu 12 points en cinq ans et quatre points en un an.

Plus de 10 % en agriculture biologique

Du côté de la production, le nombre de poules élevées au sol, en plein air ou en bio a augmenté de 13 % entre 2016 et 2017. Le taux de poules élevées en plein air atteint désormais 20,1 % et le bio représente 10,2 % du cheptel français. À l’inverse, la part des poules pondeuses élevées en cages aménagées a chuté de 20 points en quinze ans, passant de 83,5 % en 2002 à 63,3 % en 2017.

277 millions d’euros d’investissements

La filière s’est fixée pour objectif qu’une poule sur deux devait être élevée hors cage d’ici à 2022. Ce qui nécessite un investissement de 277 millions d’euros. Car les coûts de production des élevages dits alternatifs sont supérieurs à ceux des élevages en cages : le CNPO estime que, en sortie élevage, ils sont augmentés de 15 % pour le sol, 22% pour le plein air, d’environ 35 % le plein air Label rouge et sont plus que doublés (+113%) pour l’agriculture biologique.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *