Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Initiative

Quand la Route du Rhum met en lumière le lin et des abeilles

Bioéconomie

Une coopérative teste un biocarburant issu des effluents d’abattoir

Initiative

Portrait – Benjamin Foudral, conservateur agricole

Energie

Le ciel se dégage pour l’agrivoltaïsme

Alimentation

JO 2024, la France veut une alimentation locale et durable

Bioéconomie

La filière bioéthanol carbure plus que jamais

De la production à la consommation, la France reste le leader européen du bioéthanol. Ce carburant issu de matière première d’origine végétale séduit de plus en plus, notamment en raison des niveaux records atteints par les prix des carburants traditionnels ces derniers mois.

Par Laure Hänggi - Publié le 26/01/2022 à 09:38

Commenter

Partager :

bioéthanol
crédit @VANACKERE

Dans sa conférence de presse tenue le 25 janvier, la Collective du bioéthanol réunissait différents acteurs de la filière. Tous se réjouissent de l’intérêt grandissant des consommateurs français pour ce carburant réputé comme plus écologique que les carburants traditionnels et pour un prix plus abordable. Nouveauté de cette année : l’essor du Superéthanol-E85, carburant composé en majorité d’éthanol, dont les ventes ont augmenté de 33 % en 2021 (contre +21 % pour la consommation d’essence). 

SEUL CARBURANT LIQUIDE APPARTENANT À LA FAMILLE DES ÉNERGIES RENOUVELABLES 

Fabriqué à partir de sucre de betterave ou d’amidon issu de céréales pour ce qui est de la filière française, le bioéthanol est un alcool agricole principalement utilisé comme carburant. Il entre plus marginalement dans la fabrication de certains produits non alimentaires comme les gels hydroalcooliques. Dans le cas de la betterave, il est obtenu par fermentation, une transformation chimique au cours de laquelle les sucres qu’elle contient sont convertis en alcool par des levures. Certains résidus des industries agroalimentaires peuvent également être utilisés pour produire du bioéthanol, et représentent une petite partie de la production. Le marc de vin ou la mélasse obtenue après extraction du sucre, par exemple, peuvent être utilisés pour fabriquer du bioéthanol.

Ce carburant contribue à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, le CO2 rejeté lors de sa combustion ayant été préalablement stocké par les plantes au cours de leur développement. De plus, cette source d’énergie est considérée comme renouvelable car elle dérive d’un processus naturel en perpétuel renouvellement (la biomasse), selon la définition de l’Insee.

LA FILIÈRE FRANÇAISE EN PLEIN ESSOR

En France, ce sont plus de 55 000 agriculteurs qui participent à la production de matières premières destinées au bioéthanol, répartis sur 300 000 hectares de cultures. Les cultures destinées au bioéthanol occupent ainsi environ 1 % de la surface agricole utile.

Moins taxé car plus écologique, le Superéthanol-E85 a été particulièrement plébiscité par rapport à l’année précédente, même si les carburants tels que l’essence SP 95-E10, qui contient 10 % de bioéthanol, restent bien plus consommés. En effet, ce dernier étant compatible avec la quasi-totalité du parc essence, il représentait 55,6 % des consommations d’essence en décembre 2021.

Dans la continuité de ce qui était déjà observé en 2020, le nombre de stations proposant du bioéthanol a encore fortement augmenté.  Les 2 725 (dont 420 de plus en un an) proposant du Superéthanol-E85 peuvent être retrouvées sur l’application Mes Stations E85.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.