Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Initiative

Transition souhaite accompagner un millier d’agriculteurs vers le bio d’ici à 2023

Labels

Certains labels ne tiendraient pas leurs promesses selon l’UFC, WWF et Greenpeace

Labels

Le Cnaol annonce des AOP laitières durables d’ici à 2030

ÉconomieInitiative

Des agriculteurs bretons et mayennais à la recherche de financeurs pour rémunérer leurs services environnementaux

Initiative

Deux semaines à vélo pour des rencontres entre agriculteurs et consommateurs

Labels

La filière Comté, fière de son classement dans l’étude de WWF et Greenpeace France sur les labels français

Dans une étude de WWF et Greenpeace du 28 septembre la filière Comté AOP a été jugée en pointe en matière de bénéfice environnemental et socioéconomique. Le 30 septembre, elle a réagi positivement à cette nouvelle.

Par Romane Gentil - Publié le 01/10/2021 à 16:08

Commenter

Partager :

Dans leur étude publiée le 28 septembre, WWF et Greenpeace France ont étudié les pratiques des labels alimentaires français, dont les AOP. Dans un communiqué du 30 septembre, l’appellation Comté s’est dit être fière de compter parmi les filières les « plus en pointe en matière de bénéfice environnemental et socioéconomique ». Avec une note de 10 sur 12 points de durabilité, la filière se classe au même niveau que les démarches Bio Equitable en France, soit la plus exigeante de l’agriculture biologique.

 « Une reconnaissance du travail accompli »

Pour Alain Mathieu, président de l’interprofession du Comté, « ce résultat reconnaît une fois de plus l’excellence du travail accompli par les producteurs, les fromagers et les affineurs qui œuvrent au quotidien depuis des décennies pour préserver les ressources naturelles de notre territoire et animer nos campagnes. »

La filière Comté représente 2400 fermes sur quatre départements (Ain, Jura, Doubs et Saône et Loire), et est responsable de 14 000 emplois directs et indirects. Dans son cahier des charges, l’appellation spécifie notamment que le repas pris en pâture doit correspondre au moins à la moitié de la ration quotidienne de fourrage des vaches. Le chargement en animaux doit être inférieur à 1,3 vache par hectare.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *