Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Élevage

Peste porcine africaine : pour préserver ses élevages, la France ferme ses frontières… aux sangliers

Politique

Pesticides et ZNT, le monde agricole insatisfait menace de représailles contre… les stations d’épuration

Pesticides

Derrière la hausse des ventes de pesticides en 2018, plusieurs explications et tendances

Rétrospective

2019, une année d’actualité agricole sur notre site

Politique

Pesticides, insatisfaction générale sur les « zones de non traitement » fixées par le gouvernement

Élevage

La filière lait se démène pour concilier environnement et rémunération

La crise de la filière laitière stimule la nouveauté. Une filière conciliant production soucieuse de l'environnement et rémunération de l'agriculteur, débarque au rayon lait le 30 octobre.

Par Eloi Pailloux - Publié le 27/10/2017 à 18:38

Commenter

Partager :

La filière laitière s’organise pour mieux valoriser sa production. Quelques jours après Via Lacta, c’est une autre marque qui doit être lancée le 30 octobre. « L’Appel des Prés », proposé par Lactel en partenariat avec des éleveurs, est engagée notamment en faveur du bien-être animal et du respect de l’environnement.

Une charte qualité, qui privilégie le bien-être animal

Une charte qualité très exigeante a été élaborée. Les vaches qui produisent ce lait bénéficient d’une surface minimum de pâturage de dix ares chacune pendant au moins 200 jours par an, soit une durée parmi les plus élevées en Europe pour un lait conventionnel. Leur nourriture est donc constituée de plus de 60 % d’herbage en moyenne. Et, lorsque le temps ne leur permet pas d’être à l’extérieur, elles sont nourries avec une alimentation contenant moins de 0,9% d’OGM et issue en grande partie de l’exploitation elle-même. Le lait est collecté auprès d’une vingtaine d’éleveurs dans un rayon de moins de 50 km autour de sa laiterie de Vitré, en Bretagne, pour réduire l’impact carbone lié au transport.

Lactel assure enfin que le prix de ce lait, 1,15 € le litre, permettra de « garantir une rémunération adaptée » aux éleveurs.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *