Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Modes de production

M2i Life Sciences met la chimie au service de la confusion sexuelle

Cultures

La capacité des plantes à se détecter entre elles, une piste agronomique porteuse

Modes de production

Le bio bat des records en 2018

Pesticides

Pour la première fois, un pesticide jugé perturbateur endocrinien est retiré du marché

Communication

Les laiteries ouvrent leurs portes au grand public jusqu’au 5 juin

Économie

La France en retard sur l’économie circulaire

Edouard Philippe a dévoilé le 23 avril sa feuille de route pour une économie 100 % circulaire. Peu de place pour l'agriculture, à l'exception du gaspillage alimentaire.

Par Stéphanie Ayrault - Publié le 26/04/2018 à 08:58

Commenter

Partager :

En déplacement dans l’usine Seb de Mayenne, le Premier ministre, Edouard Philippe, a présenté le 23 avril la feuille de route du Gouvernement pour une économie 100 % circulaire, comptant pas moins de 50 mesures. L’objectif est de réduire de moitié les déchets mis en décharge et de tendre vers 100 % de plastique recyclé d’ici à 2025. « La France est en retard par rapport à beaucoup de ses voisins européens en matière de valorisation des déchets ménagers », estime le gouvernement. Le gouvernement entend accompagner, d’ici 2020, 2 000 entreprises pour réduire leur consommation de ressources, leurs déchets et faire des économies grâce au dispositif « TPE & PME gagnantes sur tous les coûts » de l’Ademe.

L’agriculture, dans la loi Egalim

« D’autres initiatives spécifiques, visant plus particulièrement les produits alimentaires et les pratiques agricoles, seront prises dans le cadre des travaux prolongeant les États généraux de l’alimentation », indique la feuille de route. Laquelle préconise toutefois des mesures pour lutter contre le gaspillage alimentaire :

– Imposer aux opérateurs de la restauration collective un diagnostic préalable à la démarche de lutte contre le gaspillage alimentaire ;
– Étendre aux opérateurs l’obligation faite aux grandes surfaces de plus de 400 m² de proposer des conventions de dons à des associations caritatives ;
– Soumettre certains opérateurs du secteur agro-alimentaire à l’obligation de rendre public leurs engagements en faveur de la lutte contre le gaspillage alimentaire ;
– Agir au niveau européen et national pour réviser le périmètre et les modalités de fixation des dates de péremption et clarifier l’information des consommateurs relative à la date de durabilité minimale des produits;
– Développer des modules éducatifs dès le plus jeune âge.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *