Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Alimentation

En dépassant les 2 milliards d’euros de vente, le commerce équitable franchit un cap inédit en France

Élevage

Réchauffement climatique, la poule déploie ses allèles

Modes de production

Avec l’agroforesterie, La Poste se veut facteur de durabilité

Cultures

La hausse des prix des graines de moutarde pique les industriels du secteur

Bien-être animal

Présidentielle 2022, la sensibilité des candidats à la condition animale passée au crible

Élevage

La restauration hors domicile bientôt tenue d’afficher l’origine des viandes

Un décret publié le 27 janvier oblige toutes les structures proposant de la restauration hors domicile à mentionner l’origine des viandes. La mesure sera effective à partir du 1er mars 2022. Il répond aux demandes des consommateurs qui se préoccupent de plus en plus de l’origine des produits qu’ils consomment, et ravit les éleveurs français.

Par Eugénie Bourgeois - Publié le 28/01/2022 à 16:07

Commenter

Partager :

Depuis 2002, l’origine des viandes bovines doit être affichée dans les cantines, restaurants et restaurants d’entreprise. Cette mesure sera étendue à toutes les viandes (volaille, porc, agneau, mouton) à partir du 1er mars 2022, précise un décret paru le 27 janvier au Journal Officiel.

CE QUI VA CHANGER

Cette transparence sur l’origine passera par un étiquetage mentionnant le pays d’élevage et le pays d’abattage de l’animal, que la viande soit fraîche, réfrigérée, congelée ou surgelée. Elle répond à une demande des consommateurs qui souhaitent davantage de traçabilité afin de pouvoir faire des choix d’alimentation éclairés.

UNE MESURE TRÈS ATTENDUE

Cette mesure aurait dû être effective dans les cantines scolaires dès l’été 2021, comme l’avait déclaré Julien Denormandie, ministre de l’agriculture, dans une interview donnée en avril dernier. Finalement, elle intègre aussi les restaurants et les restaurants d’entreprise et prendra effet au 1er mars 2022. « Alors que plus de 50 % de la viande consommée dans les cantines scolaires est importée, connaître l’origine des produits est un premier pas pour faire changer les comportements d’achat dans la restauration hors domicile, et plus particulièrement dans les cantines de nos enfants », commente Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture, dans un communiqué daté du 27 janvier.

La FNSEA se réjouit de la mise en place de cette mesure, qui était en discussion depuis 2017. Les éleveurs sont ravis, conscients de l’intérêt grandissant des Français pour les aliments produits en France et de l’impact positif qu’une telle décision peut avoir sur leur profession.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.