Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Alimentation

Restauration collective, Montreuil (93) veut 70 % de bio dans les assiettes

Modes de production

M2i Life Sciences met la chimie au service de la confusion sexuelle

Cultures

La capacité des plantes à se détecter entre elles, une piste agronomique porteuse

Modes de production

Le bio bat des records en 2018

Pesticides

Pour la première fois, un pesticide jugé perturbateur endocrinien est retiré du marché

La vigne transgénique reste en plan

Par Campagnes & Environnement - Publié le 20/11/2004 à 00:00

Commenter

Partager :

Faute d’autorisation du ministre de l’Agriculture, un essai en plein champ de plants de vigne transgénique résistants au virus véhiculé par le court-noué, qui devait être mené à la station de l’Inra de Colmar, a été reporté au printemps prochain. Rappelons que le court-noué est une maladie de dégénérescence de la vigne causée notamment par le virus Grapevine FanLeaf Virus. C’est l’une des viroses les plus grave en France sur vigne et on la retrouve dans la plupart des pays où la vigne est cultivée. La Commission du génie biomoléculaire avait pourtant donné son feu vert en mai 2004. La concertation publique lancée en septembre 2001, sous l’égide du ministère de l’Agriculture, avait également été menée à son terme, sous la forme d’un “groupe de travail” constitué de scientifiques, de professionnels du monde viticole et de “profanes”. Même le comité local de suivi de l’essai avait déjà été mis en place en mars 2003. Depuis, ses membres s’étaient réunis à plusieurs reprises pour discuter, avec les chercheurs de l’Inra, du protocole et des modalités de l’expérimentation. Il ne manquait plus que la décision du ministre de l’Agriculture, qui n’avait toujours pas été prise au moment de lancer l’essai…

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *