Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
ÉconomieInitiative

Des agriculteurs bretons et mayennais à la recherche de financeurs pour rémunérer leurs services environnementaux

Initiative

Deux semaines à vélo pour des rencontres entre agriculteurs et consommateurs

Initiative

« Hectar propose des formations agricoles avec une approche projet », selon son directeur

Élevage

Alexis Phelut, finaliste des JO de Tokyo et agriculteur à temps partiel

Politique

Pesticides, le Conseil d’État veut des textes plus stricts pour la protection des riverains

L’agriculture menacée par de plus en plus de sécheresses, d’après un rapport du Giec

Le groupement d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) a publié, le 9 août, un nouveau rapport alertant sur l’urgence de réduire drastiquement les émissions de gaz à effets de serre. Sans cela, la hausse de température ne pourra pas être maintenue sous les 1,5 degrés prévus initialement, et provoquera de plus en plus d’aléas climatiques, dont des chaleurs et des sécheresses sans précédent. L’agriculture, peu citée dans le rapport, est néanmoins largement concernée.

Par Romane Gentil - Publié le 26/08/2021 à 11:15

Commenter

Partager :

Alors qu’il avait insisté en 2018 sur l’importance de maintenir le réchauffement climatique sous la barre des 1,5°C, le Groupement d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) a délivré, le 9 août, un rapport qui se montre très pessimiste quant à l’atteinte de cet objectif. Suite à la synthétisation d’une centaine d’études sur le sujet, le groupe 1 (« éléments scientifiques ») de la structure alerte sur l’intensification et l’accélération du réchauffement planétaire.

Plus de un degré supplémentaire depuis 1850

« Sans équivoque, l’influence humaine a réchauffé la planète, les océans et les terres. » C’est ainsi que commence le rapport des experts, avant de préciser : entre la deuxième moitié du XIXe siècle et les années 2010, l’augmentation de la température est estimée à 1,07°C, et cela devrait continuer, sans une forte réduction de l’émission des gaz à effets de serre (dont au moins le niveau zéro d’émission de CO2). Le texte mentionne notamment les émissions de méthane, dont l’agriculture est responsable à plus de 60 %. D’après le Giec, les extrêmes climatiques observés actuellement seraient plus forts en présence d’une augmentation de 2 degrés comparativement aux 1,5 degrés recommandés initialement. Cela concerne par exemple les sécheresses, et les fortes précipitations, dont sont déjà fortement victimes les agriculteurs, comme en témoigne l’année 2021.

Les sols agricoles, une solution

Bien que le rapport de cet été ne traite que très peu du domaine agricole, le Giec avait publié, en 2019, un rapport spécialisé qui insistait sur l’importance de le gestion durable des sols pour limiter le changement climatique. Il avait notamment mentionné, dans une série de mesures conseillées à court-terme, l’utilisation de paiements pour services écosystémiques. Sur ce sujet, certains agriculteurs français s’impliquent déjà aujourd’hui.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *