Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Modes de production

Coup de froid pour les partisans des serres chauffées en bio

Alimentation

Restauration collective, Montreuil (93) veut 70 % de bio dans les assiettes

Modes de production

M2i Life Sciences met la chimie au service de la confusion sexuelle

Cultures

La capacité des plantes à se détecter entre elles, une piste agronomique porteuse

Modes de production

Le bio bat des records en 2018

Alimentation

Lait et viande dans les produits transformés : l’étiquetage de l’origine reste obligatoire

L'expérimentation, lancée en 2017, est prolongée : en France, les produits transformés à base de lait et de viande devront continuer à afficher l'origine de ces denrées. Plébiscitée à l'origine par le monde agricole et les associations de consommateurs, la démarche ne donne finalement pas toute satisfaction.

Par Eloi Pailloux - Publié le 08/01/2019 à 13:53

Commenter

Partager :

Le ministère de l’Agriculture l’a confirmé fin décembre : l’origine de la viande et du lait, dans les produits transformés vendus en France, reste obligatoire jusqu’au 31 mars 2020. Ce dispositif, opérationnel depuis le début de l’année 2017, devait s’arrêter fin 2018. La Commission européenne a validé la prolongation de cette « expérimentation ».

Aider le consommateur à choisir le « made in France »

Car dans ce dossier, c’est bien la France qui est demandeuse. En l’occurrence, Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture jusqu’à 2017, avait insisté auprès de Bruxelles pour que cette mesure puisse être appliquée. Il y voyait, tout comme l’ensemble de la profession agricole, un moyen d’éclairer les consommateurs, dont les résolutions pour une alimentation « made in France » se heurtaient à un manque d’indication. Pour rappel, étiqueter l’origine est obligatoire pour les produits non-transformés, aux rayons viandes, légumes et fruits par exemple.

Dans les faits, le flou persiste

Cette prolongation de l’expérience est donc plutôt une bonne nouvelle. Reste que l’influence de cette mesure sur l’acte d’achat est difficile à mesurer. Et ce, notamment parce que les modalités d’affichage ne sont pas assez précises. C’est en tout cas ce que déplore l’UFC-Que-Choisir. En avril 2018, plus d’un an après le lancement du dispositif, l’association regrettait la possibilité laissée aux transformateurs de se contenter d’une mention origine « UE » ou « non-UE ». Pas suffisant pour savoir si la viande ou le lait utilisés viennent de France…

L’UFC estimait alors que l’opacité persistait dans 64 % des cas pour la viande de poulet, 53 % pour la viande porc, 25 % pour le bœuf et 11 % pour le lait. En moyenne, 39 % des 269 produits transformés inspectés par l’UFC n’indiquaient pas clairement, ou pas du tout, l’origine des ingrédients carnés et laitiers. L’association citait toutefois les grandes marques ayant joué le jeu, prouvant que « le jeu de la transparence est accessible pour qui s’en donne les moyens. »

La Commission Européenne🇪🇺autorise la France à poursuivre jusqu’au 31 mars 2020 son dispositif d’#étiquetage des denrées alimentaires concernant l’origine de la viande🥩 et du lait🥛#Traçabilité#Transparence
🔗 Retrouvez le communiqué : https://t.co/VAjZMlNp5A pic.twitter.com/dPJvphLa5H

— Alim’Agri (@Min_Agriculture) 26 décembre 2018

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *