Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Initiative

Lancement de huit fermes ambassadrices en Île-de-France

Pesticides

Pour la FNH, les financements seraient insuffisants pour réduire l’utilisation de pesticides

Cultures

Lancement de l’initiative Cap Chanvre pour favoriser le déploiement de la culture en France 

Energie

Signature d’une charte de bonnes pratiques sur l’agrivoltaïsme

Politique

Projet loi climat, de premières mesures pour l’agriculture et l’alimentation

Initiative

Lancement d’un premier indicateur de la santé des sols

Pour permettre aux agriculteurs de davantage s'approprier l'enjeu de la santé des sols, l'initiative Sols vivants a lancé, le 5 décembre, son indicateur dédié. De nombreux acteurs du secteur agricole, tels que des coopératives ou des agriculteurs, mais aussi des scientifiques ou des entreprises sont partenaires de la démarche.

Par Laure Hänggi - Publié le 07/01/2021 à 14:24

Commenter

Partager :

Centrée sur la promotion de l’agriculture de conservation, l’initiative Sols vivants, portée par la fondation Earthworm, a annoncé, le 5 décembre, la création d’un premier indicateur de la santé des sols. Un outil indispensable pour permettre à l’agriculture régénératrice de changer d’échelle, explique Bastien Sachet, directeur de la fondation Earthworm. « Tel un pilote d’avion qui a besoin de connaître son altitude, sa vitesse, l’agriculteur est un pilote du vivant qui a besoin, avec ses clients de connaître la santé de son sol, le contenu en carbone, sa fertilité. » Le nouvel indicateur a été construit par un comité scientifique en collaboration avec des agriculteurs. « « La santé des sols passe avant tout par des sols dont la teneur en humus est bonne, et c’est pourquoi nous avons établi cet indicateur, qui permet d’accompagner la transition agricole et la séquestration de carbone », indique Pascal Boivin, chercheur à l’Hepia à Genève, et membre du comité scientifique du projet Sols Vivants.

Un modèle de calcul du carbone dans les sols

Concrètement, l’indicateur s’appuiera sur les propriétés physiques, chimiques et biologiques du sol évalué. Le taux de matière organique, l’argile, la structure du sol ou encore le pH seront pris en compte. Résultat : une note entre A et F pour chaque parcelle. L’exploitation pourra donc avoir plusieurs notes sur ses surfaces. En plus de cet indicateur, Sols Vivants a également développé un modèle de calcul du stock de carbone. « La poursuite d’objectifs ambitieux, tels que mis en valeur dans le contexte du 4 pour 1000, suppose de disposer d’outils et de méthodes à la fois rigoureuses et faciles à appliquer en parcelles agricoles, explique Annie Duparque, agronome chez AgroTransfert-RT. De fait, il faut commencer à bien connaître et donc bien mesurer l’état organique initial d’un sol pour pouvoir apprécier avec assurance son évolution dans le temps ».

Objectif 10 000 agriculteurs en 2025

Grâce à cet indicateur, Sols Vivants veut faire monter en puissance le concept « d’agriculture de résultats », allant au-delà des divers cahiers des charges portées par les marques. L’agriculteur serait plus libre dans le choix des moyens déployés pour atteindre les objectifs fixés.

Sols Vivants s’est fixé des objectifs ambitieux pour 2025 : 10 000 agriculteurs engagés dans l’agriculture régénératrice et 50 M€ d’incitations grâce à la mobilisation des entreprises.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *