Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Politique

Covid-19, appel unanime à privilégier les produits frais et français pour soutenir les agriculteurs

Coronavirus

Les agriculteurs en quête de saisonniers

Initiative

Face au coronavirus, des agriculteurs appellent à la solidarité en faisant don de leurs masques

Économie

Les acteurs agricoles se mobilisent face aux conséquences du coronavirus

SIA 2020

L’institut de recherche Arvalis lance un site de vulgarisation de ses travaux

Alimentation

L’appli MyLabel permet de caractériser les critères d’achat favoris des consommateurs

En permettant à ses utilisateurs de choisir leurs propres critères d'achat au moment de faire les courses, l'appli MyLabel est en capacité de caractériser les paramètres d'achat les plus sélectionnés. Derrière les critères « santé », les aspects « environnement » sont retenus par 65 % des utilisateurs.

Par Eloi Pailloux - Publié le 28/01/2020 à 14:53

Commenter

Partager :

Christophe Hurbin, fondateur de MyLabel, énonce les critères plébiscités par les utilisateurs de son application.

Alors que les applications visant à aider le consommateur à mieux choisir ses produits alimentaires font florès, l’une d’entre elle revendique une particularité. Les responsables de MyLabel souhaitent que ce soit l’utilisateur lui-même qui établisse le choix des critères pris en compte par l’appli. « Notre approche permet d’éviter le conseil « descendant » ou culpabilisant, où on dirait au consommateur ce qui est bon pour lui ou non », affirme le fondateur de MyLabel, Christophe Hurbin.

La nutrition, pas si incontournable

La start-up éponyme qui a développé l’appli présentait un premier bilan le 28 janvier, moins d’un an après son lancement, intervenu en avril 2019. Les 25 000 détenteurs de smartphone qui l’ont téléchargée ont choisi les critères qui leur tenait le plus à cœur. Verdict : ce sont les critères « santé » qui sont plébiscités, retenus par 84 % des utilisateurs. Pour autant, la nutrition n’est pas prioritaire à leurs yeux. Elle vient assez loin derrière la crainte des pesticides, des additifs, perturbateurs endocriniens et OGM. « C’est toute l’utilité de laisser le consommateur choisir, insiste Christophe Hurbin. Beaucoup d’applis placent l’aspect nutritif très haut dans leurs algorithmes. »

Prêt(e) à préparer une galette des rois plus responsable ? ✅ Pour choisir des produits en phase avec vos valeurs, rendez-vous sur l’application myLabel, à télécharger gratuitement ici 👉https://t.co/Be8vbWzDWW Bon appétit ! 🤤#galettedesrois #consoresponsable #Epiphanie #startup pic.twitter.com/3fXdYYZsI0

— myLabel (@myLabelApp) January 4, 2020

Cap sur les produits non-alimentaires

Les critères environnementaux sont importants pour 65 % des adeptes de MyLabel. La présence d’huile de palme (déforestation), la dimensions locale (empreinte carbone) et les pollutions liés à la production des aliments sont particulièrement mis en avant. Le troisième « lot » de critères proposés par MyLabel, concernant le profil « social » des produits, s’avère être retenu par 48 % des utilisateurs. Dans cette catégorie, le travail des enfants, le bien-être animal et la juste rémunération des agriculteurs sont les principales inquiétudes.

MyLabel va continuer son développement sur 2020 : Christophe Hurbin espère atteindre la barre des 100 000 téléchargements, tandis qu’une levée de fond d’environ 500 000 €, alors que la start-up vient d’en valider une de 130 000 € via le financement participatif, devrait permettre d’élargir le spectre de l’appli à des produits non alimentaires (cosmétiques, vêtements…) et d’envisager un déploiement européen.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *