Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Alimentation

La baguette à 29 centimes de Leclerc ne passe pas au sein du secteur agricole

Élevage

Élevages d’insectes, un secteur qui grouille de perspectives

Politique

12 M€ supplémentaires par an pour prévenir le mal-être des agriculteurs

Pesticides

Le Gouvernement présente son plan pollinisateurs pour les cinq prochaines années

Politique

Innovation, 877,5 M€ mobilisés pour l’agroécologie et l’alimentation durable

L’association Aile surveille les tracteurs

“Faites diagnostiquer votre tracteur”, martèle l’association Aile. Cette démarche, qui consiste à faire passer l’engin sur banc d’essai, peut permettre d’accroître les performances et d’économiser plus de 900 litres de fioul par an, sans compter les tonnes de CO2 qui ne partiront pas dans l’atmosphère.

Par Campagnes & Environnement - Publié le 20/11/2004 à 00:00

Commenter

Partager :

Le tiers des tracteurs est en surconsommation. Pour un engin de 100 chevaux et fonctionnant 650 heures par an, une économie de plus de 900 litres de carburant par an peut être atteinte. L’émission dans l’atmosphère de 2,5 tonnes de CO2 par an pourrait être évitée. Pour y arriver, il suffit de procéder à un minimum de réglages des tracteurs et de s’adapter à leur conduite. Ces éléments sont fournis par l’association Aile, Association d’initiatives locales pour l’énergie et l’environnement. Elle a été créée en 1995 par l’Ademe de Bretagne et les Cuma de l’Ouest. Aile se consacre à la maîtrise de l’énergie et de l’environnement dans le milieu agricole et rural sur le Grand Ouest de la France.

Prévention

L’association a mis en place un banc d’essais diagnostic pour moteur de tracteurs. Il se présente sous la forme d’une camionnette équipée d’un certain nombre d’outils, comme des logiciels et des appareils de mesure. Pilotée par un technicien, Romain Blanjacquier, son itinéraire est planifié avec les responsables de Cuma et des Chambres d’agriculture partenaires de l’association. Les agriculteurs sont avertis notamment par voie postale du passage du banc d’essai dans leur région. La durée d’immobilisation du tracteur est d’une heure en moyenne.

Le manque d’entretien du tracteur revient fréquemment dans les diagnostics.

Pour les tracteurs les plus anciens, le diagnostic permet de détecter les opérations à effectuer : réglage de pompe à injection, entretien courant (filtres…), réparations (injecteurs…). “Ces interventions préventives permettent souvent d’éviter une immobilisation du tracteur”, souligne Romain Blanjacquier qui précise que parmi les constats les plus fréquemment effectués, figure en bonne position le manque d’entretien, comme le changement du filtre à huile. La déficience de la pompe à injection est également fréquente.

Il arrive souvent que du matériel neuf soit mal réglé ou que la réalité diffère de ce qui est annoncé par les constructeurs. “Plus d’un tracteur sur deux ne correspond pas aux puissances précisées par les constructeurs”, déplore Romain Blanjacquier.

Surconsommation

Le rapport remis à l’agriculteur en fin de contrôle comprend, en plus du diagnostic, des avis du technicien sur les éventuelles interventions à effectuer. Il propose également des conseils pour une meilleure utilisation du tracteur comme l’adéquation entre les travaux à réaliser (traction, manutention, prise de force) et la puissance du moteur. “Il ne vient pas toujours à l’esprit d’un agriculteur d’enlever les masses de son tracteur quand elles sont inutiles, le poids entraînant une surconsommation d’énergie”, cite comme exemple Romain Blanjacquier.

Il n’existe que quatre bancs d’essais de ce type pour toute la France et Aile se mobilise pour arriver à une harmonisation du diagnostic avec ses confrères. Celui d’Aile, sillonnant à l’origine uniquement le Grand Ouest, a élargi son champ d’intervention sur la région Nord, Champagne-Ardenne et Ile-de-France. L’année prochaine, Aile va investir dans du matériel encore plus performant, comportant un nouveau logiciel et un analyseur de fumées. Un pas de plus franchit en faveur de l’environnement.

Plus de 5 500 contrôles

Le banc d’essai mesure les caractéristiques de fonctionnement du moteur selon le régime, soit : la puissance, le couple et la réserve de couple, les consommations horaires et spécifiques, le débit des pompes à injection. Les 5 500 contrôles effectués par le banc d’essai montrent que :

• plus d’un tracteur sur deux est suralimenté en carburant

• plus d’un tracteur sur deux ne correspond pas aux puissances annoncées par les constructeurs

• un tracteur sur trois a des problèmes de combustion.

http://www.aile.asso.fr/

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *