Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Pesticides

Le label « Zéro résidu de pesticides » revendique un bilan positif après moins de deux ans

Pesticides

Riverains et pesticides, dix-huit départements ont leur charte de bon voisinage

Climat

Rémi, agriculteur participant à la Convention citoyenne pour le climat : « Je n’ai pas hésité une seconde ! »

Communication

#AgriLoving, la campagne de communication positive au ton décalé

Modes de production

« Les pouvoirs publics doivent nous laisser la possibilité d’adopter des critères environnementaux »

Cultures

Le bambou géant pose un orteil en France

Véritable pompe à carbone poussant sans avoir besoin de la protection des pesticides, le bambou géant s'installe en France. Une première parcelle a été implantée en 2018, avec une vocation qui dépasse la production de bois : le bambou se mange ! Découverte.

Par Eloi Pailloux - Publié le 10/07/2019 à 15:02

Commenter

Partager :

Christian Prost, lors de l’inauguration de sa bambouseraie.

Le bambou géant représenterait-il une filière d’avenir pour l’agriculture française ? C’est tout ce que souhaite Christian Prost, propriétaire de la première parcelle de bambou géant de France à vocation alimentaire « industrielle ». Cette nouvelle culture s’étale sur une dizaine d’hectares, dans l’Ain, depuis 2018. Avec deux débouchés : le bois d’œuvre, et donc les pousses de bambou, destinées à l’alimentation humaine. Pour cette dernière, le producteur devra passer par la logistique de l’entreprise italienne OnlyMoso, aucune installation n’existant en France pour transformer sa production. En Italie, la filière, bien qu’encore jeune, est plus structurée.

Pas besoin de pesticides

Ce ne sera toutefois pas pour tout de suite : la première récolte de pousses à usage alimentaire intervient la quatrième année après la plantation. La bambouseraie est une culture pérenne s’il en est : elle produit de nouvelles pousses et de nouveaux chaumes sur une période de 80 à 100 ans.

Les atouts environnementaux du bambou ? C’est la plante qui absorbe le plus de CO2 et émet le plus d’oxygène au cours du processus de synthèse de la chlorophylle. Si l’irrigation est nécessaire après la mise en terre et en cas de sécheresse, et la fertilisation conseillée pour augmenter les rendements, le bambou ne nécessite pas de pesticides.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *