Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Élevage

Les associations de bien-être animal déçues par les annonces de Didier Guillaume

Pesticides

Glyphosate dans les urines, la variabilité des résultats selon la méthode utilisée se confirme

Sol

Notre rencontre avec le « Slip d’or » de la Foire de Châlons

Initiative

Ici la Terre, focus sur cette démarche qui invite les consommateurs à appeler les agriculteurs

Labels

La Haute valeur environnementale concerne désormais 2272 exploitations

Bio

Le bio devrait continuer à progresser, mais reste concentré sur relativement peu de consommateurs

Le bio représente 4,8 % de part de marché pour les grandes et moyennes surfaces. Un chiffre qui devrait grimper à terme jusqu'à 11%, selon le cabinet Nielsen. Avant de plafonner, en raison des contours resserrés de la population qui consomme bio, concentrée sur les salaires élevés.

Par Eloi Pailloux - Publié le 11/09/2019 à 09:53

Commenter

Partager :

La société d’analyse de données Nielsen publie, le 4 septembre, une étude décryptant plusieurs aspects de l’essor actuel du bio. Selon les chiffres cités par le document, le bio représente 4,8 % des ventes en grandes et moyennes surfaces (GMS) en 2019, contre 4,1 % en 2018 et 3,5 % en 2017. Les différentes enseignes jouent un rôle moteur dans cette progression en poussant le label dans leurs rayons. Selon Nielsen, le consommateur s’est vu proposer 28 % de produits bio en plus en 2019 par rapport à 2018. Et la progression n’est pas encore terminée.

Trois quarts des achats concentrés sur 20 % de la population

Les auteurs de l’étude estiment que la vague verte devrait, à terme, se stabiliser autour de 11 % de part de marché dans les GMS. Pourquoi pas plus ? Parce que le label « à la petite feuille » reste réservé à un segment de consommateurs assez resserré. Deux tiers des achats des produits bio relèveraient ainsi de « gros acheteurs de bio » qui ne représentent que 20 % des Français. Ces « gros consommateurs » consacreraient 12 % de leurs dépenses au bio. Nielsen estime ainsi que la « naturalité » des produits, la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) ou la limitation des emballages sont des axes stratégiques à même de séduire un public plus large que le bio.

Ils vous intéresseront peut-être

Une pensée sur “Le bio devrait continuer à progresser, mais reste concentré sur relativement peu de consommateurs”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *