Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Alimentation

En dépassant les 2 milliards d’euros de vente, le commerce équitable franchit un cap inédit en France

Élevage

Réchauffement climatique, la poule déploie ses allèles

Modes de production

Avec l’agroforesterie, La Poste se veut facteur de durabilité

Cultures

La hausse des prix des graines de moutarde pique les industriels du secteur

Bien-être animal

Présidentielle 2022, la sensibilité des candidats à la condition animale passée au crible

SIA2022

Le Collectif de la troisième voie se constitue en association

L’association « Collectif de la troisième voie » a officiellement vu le jour à l’occasion du Salon de l’agriculture, le 28 février, en présence des dirigeants de toutes les organisations qui en font partie.

Par Eugénie Bourgeois - Publié le 09/03/2022 à 17:09

Commenter

Partager :

Le stand de Bleu-blanc-coeur, sur le Salon de l’agriculture, a servi de cadre, lundi 28 février, à la signature de la création de l’association du « Collectif de la troisième voie » . Celle-ci regroupe les organisations : Demain la Terre (fruits et légumes), Vignerons engagés (viticulture), GIE CRC (céréales), Mr. Goodfish (produits de la mer) et Bleu-blanc-coeur (élevages laitiers), qui prend la première présidence tournante. Chaque membre de l’association garde son indépendance et ses modes de fonctionnement en termes de gouvernance dans sa filière.

Pour l’instant, le « Collectif de la troisième voie » représente 10 % de l’agriculture en France, en volumes selon ses membres, qui se disent « ouverts à ce que d’autres filières et démarches les rejoignent. »

DES PROFESSIONNELS RAVIS DE COLLABORER 

Geoffroy Cormorèche, représentant de Demain la terre, a exprimé son enthousiasme : « Adhérer à cette association, c’est faire avancer notre agriculture vers plus de responsabilité, à la fois pour les producteurs mais aussi les consommateurs. » Selon lui, « être responsable c’est faire travailler les entreprises françaises qui ont un engagement environnemental, social et sociétal. » Vincent Jouan, présent du GIE CRC, s’accorde avec lui sur la définition de responsabilité. Il y ajoute l’importance de considérer « l’ensemble de la filière qui va du champ à l’assiette » et d’assurer une « qualité irréprochable pour le consommateur ainsi que la juste rémunération du producteur. » Avis partagé par Bernard Schmitt, un des présidents fondateurs de Bleu-blanc-cœur : « il faut contribuer à une meilleure santé humaine grâce à l’ensemble des échelons de la chaîne alimentaire. »

Coordinatrice de Mr. Goodfish, Florence Huron-Blond a mis l’accent sur le travail en groupe. « Nous allons travailler ensemble de façon à mieux communiquer sur nos valeurs ». Iris Borrut, représentante de Vignerons engagés, insiste, pour sa part, sur l’importance « d’accompagner les adhérents à progresser dans la voie du développement durable jusqu’au produit fini ». Elle conclut : « être un collectif de collectifs permet de se sentir moins seul et d’avoir une plus grande puissance d’action. C’est ainsi que notre vision pourra être mise en exergue comme un modèle. »

Ils vous intéresseront peut-être

Une pensée sur “Le Collectif de la troisième voie se constitue en association”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.