Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Cultures

Des premières moissons en demi-teinte

Élevage

Bien-être animal, le camion abattoir trace sa voie

Politique

Accord européen « historique », quelle part pour l’agriculture ? 

Politique

Le nouveau Premier ministre précise sa vision de l’agriculture

Alimentation

Le bio présent sur 2,3 millions d’hectares

Climat

Le lourd impact du réchauffement climatique sur la biodiversité évalué par le WWF

Le WWF publie un rapport évaluant les effets du réchauffement climatique sur les zones du globe dont la biodiversité est fragile. Selon les hypothèses, ces régions pourraient perdre jusqu'à 50 % des espèces y vivant.

Par Eloi Pailloux - Publié le 14/03/2018 à 15:54

Commenter

Partager :

Trente-cinq « écorégions » dont la biodiversité est menacée, trois scénarios climatiques. L’ONG publie le 14 mars un rapport qui évalue le nombre d’espèces en danger en fonction du réchauffement global de la planète. Les trois scénarios sont les suivants :
– un monde à + 2 °C, ce que visent théoriquement les accords de Paris à l’horizon 2100 ;
– un monde à + 3,2 °C, conforme aux prévisions au cas où les engagements pris à la COP21 seraient tenus ;
– un monde à + 4,5 °C, correspondant à l’absence totale d’action fait pour ralentir le rythme actuel des émissions.

L’agriculture, une partie du problème et de la solution

Dans cette dernière hypothèse, 48 % des animaux et 69 % des plantes des 35 écorégions listées par l’ONG seraient menacées d’extinction au niveau local. Le scénario des + 2 °C réduirait le risque de moitié. En Europe, deux écorégions sont concernées : la Méditerranée et le bassin de la Mer Noire. Dans certaines régions étudiées, l’agriculture locale est identifiée comme une cause de fragilisation de la biodiversité.

Dans la conclusion du rapport, les auteurs appellent à des actions locales pour préserver les espèces, et globales pour limiter les émissions de gaz à effet de serre. Concernant l’agriculture, « beaucoup peut être fait pour encourager des pratiques plus durables telles que l’agroforesterie, que cela soit pour l’augmentation des rendements ou la réduction des atteintes portées à l’écosystème », précisent-ils.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *