Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Pesticides

Pesticides et protection des riverains, la polémique pulvérise des records d’agitation médiatique

Pesticides

Fongicides SDHI, entretien avec Gérard Lasfargues, directeur général délégué du pôle sciences pour l’expertise de l’Anses

Bio

Le bio devrait continuer à progresser, mais reste concentré sur relativement peu de consommateurs

Initiative

Élevage, quand les élèves de lycées agricoles s’adressent à ceux des filières générales

Pesticides

Le maire qui souhaitait limiter les pesticides près des habitations de son village débouté par la justice

Pesticides

Le ministère de la Santé débloque 30 M€ pour développer les alternatives aux pesticides

Frédérique Vidal, ministre de la Recherche, annonce le 20 juillet le lancement d'un programme dédié à l'accélération de la recherche d'alternatives aux pesticides. À la clé : 30 millions d'euros.

Par Eloi Pailloux - Publié le 24/07/2018 à 13:16

Commenter

Partager :

Moins de pesticides, c’est l’un des mots d’ordre du gouvernement. Que l’on retrouve dans la loi Égalim, le plan biodiversité ou encore la feuille de route « pesticides » dédiée. Il faut désormais y ajouter un programme doté de 30 millions d’euros afin d’accélérer la production de solutions alternatives. C’est Frédérique Vidal, ministre de la Recherche, qui l’a annoncé le 20 juillet à l’occasion d’un déplacement à l’Institut de recherche en horticulture et semences (IRHS). « Ce programme sera confié à l’Institut national de la recherche agronomique (Inra), qui aura la responsabilité d’identifier avec les acteurs publics et privés les secteurs sur lesquels il est nécessaire de renforcer l’effort de recherche », précise la ministre.

[📝Communiqué] Un programme prioritaire de recherche de 30 millions d’euros pour développer les alternatives aux #phytosanitaires pic.twitter.com/RIcE5HVpBl

— Frédérique Vidal (@VidalFrederique) 20 juillet 2018

Pour Frédérique Vidal, « certaines solutions existent déjà mais doivent être améliorées en laboratoire » avant d’être « disséminées dans l’agriculture française. »

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *