Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Biodiversité

La biodiversité européenne continue de décliner de manière « continue et préoccupante »

Cultures

L’Occitanie avance sur la structuration de la filière légumineuses

Alimentation

Agribalyse souligne les limites de l’impact environnemental de l’alimentation

Modes de production

Ynsect construit la plus grande ferme verticale du monde

Politique

Betterave, les députés valident des dérogations pour les néonicotinoïdes

Élevage

Le ministre de l’agriculture se prononce au sujet du RIP sur le bien-être animal

Lancée durant l’été, la proposition de référendum d’initiative partagée (RIP) sur le bien-être animal est portée par près de 60 associations de défense des animaux. Lors d’une table ronde sur la chaîne alimentaire organisée au Space à Rennes, le 16 septembre, le ministre de l’Agriculture a défendu sa vision du bien-être animal, remettant l’éleveur au centre du débat.

Par Stéphanie Ayrault - Publié le 23/09/2020 à 17:25

Commenter

Partager :

Pas de public ni de stands cette année au Salon de l’élevage et des productions animales, Space, à cause du contexte sanitaire. Pour marquer leur présence annuelle, les organisateurs ont misé sur le numérique. Ils ont accueilli le 16 septembre, à Rennes, Julien Denormandie à l’occasion d’une table ronde sur la chaîne alimentaire et ses maillons.

Mettre la rémunération de l’éleveur au centre des discussions

En présence d’éleveurs, de la Chambre d’agriculture de Bretagne, d’acteurs économique comme Agrial, Eureden et LDC, le ministre de l’Agriculture n’a pas hésité à donner son point de vue sur le Référendum d’initiative partagée, Rip, lancée début juillet (voir encadré). « Je respecte les processus démocratiques mais je ne pense pas que ce soit le bon véhicule ». Une initiative qui demande de stopper l’élevage intensif. « Mais on ne sait pas ce que c’est l’élevage intensif », justifie le ministre. Il estime que les Français ne sont pas assez informés des conséquences de l’arrêt des volailles élevées en cage. S’appuyant sur l’exemple du coq Maurice sur l’île d’Oléron, le ministre est persuadé que les citoyens ne sont pas prêts à accepter davantage de poules en liberté dans les campagnes, à proximité de chez eux. « Toutefois, la société veut cette transition, et vite, ajoute-t-il. Le débat doit alors se concentrer sur le coût de cette transition et mettre la rémunération de l’éleveur au centre de la discussion. »

La proposition de référendum d’initiative partagée (RIP) sur le bien-être animal a été lancée le 2 juillet. Elle est portée par les trois chefs d’entreprises Xaviel Niel, Marc Simoncini et Jacques-Antoine Granjon, ainsi que le journaliste Hugo Clément. 57 associations de défenses des animaux et de l’environnement soutiennent cette démarche. Celle-ci défend la sortie de l’élevage intensif (interdiction de l’élevage en bâtiment fermé sans accès à l’extérieur en 2040), l’interdiction de l’élevage en cage en 2025 ou encore l’interdiction des expérimentations sur les animaux. Des mesures qui sont loin de faire l’unanimité au sein du secteur agricole. Certaines voix ont par ailleurs souligné le soutien financier apporté par plusieurs investisseurs, tel que Xavier Niel, au marché des substituts à la viande. Début septembre, le RIP avait reçu le soutien de 139 parlementaires. Ils doivent être 185 pour que le référendum puisse être organisé.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *