Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Initiative

Portrait – Magali Ardiley, médiatrice d’un bon voisinage

Élevage

Portrait – Nicolas de Boishebert, J’irai couver chez vous

Politique

« Une femme à la tête de la FNSEA, un progrès que je n’imaginais pas dans les années 80 », Édith Cresson

Politique

Pesticides et biodiversité, la Commission européenne veut renforcer son action pour atteindre ses objectifs en 2030

Initiative

« Portrait – Rémi Dumas, chasseur de tête »

Alimentation

Le Sénat veut mettre de l’ordre dans les labels alimentaires

Mieux informer le consommateur, en particulier sur ce qu'il mange. C'est tout l'objet d'un rapport du Sénat, qui comprend, parmi 17 recommandations, celle de serrer la vis sur le sérieux des labels, de plus en plus nombreux.

Par Eloi Pailloux - Publié le 07/07/2022 à 10:02

Commenter

Partager :

La commission des Affaires économiques du Sénat s’est penchée sur le dossier de l’information du consommateur. Le fruit de la réflexion des sénateurs est compilé dans un rapport rendu public le 29 juin. Il liste 17 recommandations, dont certaines concernent directement les filières agro-alimentaires. Les élus suggèrent de profiter de la révision en cours du règlement européen sur l’étiquetage des produits alimentaires, prévue dans la stratégie De la ferme à la table, pour mettre en place des mesures fortes en faveur du consommateur.

Clarifier la valeur des labels

Les sénateurs font le constat d’une multiplication des labels et signatures, pas toujours lisibles pour les consommateurs. Plusieurs idées, pour remettre de l’ordre :

Des appli à mieux encadrer

Deux recommandations portent sur les applications de notation des produits, pour lesquelles les sénateurs prônent la mise en place d’une certification officielle, assortie d’un guide de bonnes pratiques élaboré par les ministères compétents.

Quant aux supports de l’information par les marques elles-mêmes, deux pistes de réflexions complémentaires sont évoquées : encourager le recours à la dématérialisation, via notamment les QR codes, tout en rendant accessible l’information sur le lieu de vente, pour les personnes les moins à l’aise avec le numérique.

Aller plus loin sur l’étiquetage d’origine

L’étiquetage d’origine est également abordé. En la matière, le rapport préconise de le rendre obligatoire pour les viandes encore non-concernées, ainsi que pour le lait. Pour les produits alimentaires transformés vendus en grande distribution, l’origine des trois principaux ingrédients composant le produit doit être précisé, selon le rapport.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.