Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Pesticides

Pesticides et riverains, le Conseil d’État refuse d’annuler l’arrêté du gouvernement en urgence

Initiative

Bien-être animal, de plus en plus d’acteurs s’investissent dans un système d’étiquetage

Labels

La génération Y veut des aliments qui ont du sens, sans plébisciter le bio

Élevage

Guillaume annonce la fin de la castration des porcelets et du broyage des poussins pour 2021

Pesticides

Derrière la hausse des ventes de pesticides en 2018, plusieurs explications et tendances

Économie

Les céréales, également desservies par la grève de la SNCF

Les usagers ne sont pas les seuls à profiter des services de la SNCF et à devoir s'organiser en période de grève. Les structures gérant l'acheminement des grains sont également amenées à revoir leurs stratégies.

Par Eloi Pailloux - Publié le 17/01/2020 à 18:01

Commenter

Partager :

Depuis le 5 décembre, la grève perdure, avec ses traditionnelles scènes d’usagers sans train, cherchant un plan B pour effectuer leurs trajets. Les perturbations sur le réseau SNCF ont aussi un impact, certes moins médiatisé, sur le transport des produits issus de l’agriculture. Plusieurs structures de collecte doivent trouver des alternatives au rail pour le transport des récoltes. Le fluvial, possible solution, se trouve également touché par les grèves. Reste le camion. Un recours qui génère un surcoût de 4 à 6 euros par tonne, comparé au train, selon les calculs de Sénalia. Pour ce groupe, spécialiste de l’export de céréales depuis le port de Rouen, aucun train n’est arrivé jusqu’aux docks sur le mois de décembre.

Si la situation se maintient, le risque serait d’aboutir… à une pénurie de camions ! Car il en faut plusieurs dizaines pour remplacer un seul train, avec une empreinte écologique également alourdie. La perturbation actuelle est toutefois moins pire que lors de la grève « perlée » de 2018. Cette année-là, les volumes « en report », c’est-à-dire stockés sur place en attendant d’être exportés, avaient doublé. Dans certaines régions, les agriculteurs avaient été sollicités pour assurer eux-mêmes ce stockage, les silos des coopératives et négoces étant saturés, faute de capacité à évacuer les grains.

On entend peu parler de l’impact de la #grève sur le trafic fret du transport #ferroviaire. Rien que pour @_AXEREAL c’est 120 trains annulés depuis décembre. Donc 5000 camions en plus sur nos routes…

— Jean-François Loiseau (@JeanFLoiseau) January 10, 2020

J.L., L.H. et E.P.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *