Le site de l'agriculture et de l'alimentation durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Modes de production

Le bio bat des records en 2018

Pesticides

Pour la première fois, un pesticide jugé perturbateur endocrinien est retiré du marché

Communication

Les laiteries ouvrent leurs portes au grand public jusqu’au 5 juin

Politique

Bio, bien-être animal, OGM, pesticides… l’opinion des Français éclairée par un sondage

Labels

Le commerce équitable connaît une croissance « exceptionnelle » en 2018

Alimentation

Les élevages français, pas concernés par le scandale du fipronil

Stéphane Travert a révélé, le 11 septembre, le bilan d'une enquête menée sur les élevages de poules pondeuses en France. Résultat : les enquêteurs n'ont pas relevé d'usage de produits à base de fipronil.

Par Campagnes & Environnement - Publié le 12/09/2017 à 17:11

Commenter

Partager :

Aucun usage des produits falsifiés contenant du fipronil et incriminés en Belgique et aux Pays-Bas n’a été mis en évidence en France. C’est la conclusion des enquêtes en élevage de poules pondeuses diligentées en France depuis août. Stéphane Travert a communiqué ces résultats, qu’il juge « rassurants », le 11 septembre.

Plus de 4500 élevages ont fait l’objet de ces investigations. Les enquêteurs relèvent cependant, dans 45 élevages, l’usage de produits vétérinaires à base d’amitraze, autre molécule insecticides, « en dehors des modes d’utilisation autorisés ». Cette molécule n’a toutefois été détectée dans aucun prélèvement effectué sur ces élevages.

« Une filière française irréprochable », selon la profession

Avant la révélation de ces résultats, la présidente de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants (FNSEA), Christiane Lambert, était revenue sur le scandale des œufs contaminés, le 5 septembre. L’occasion de souligner l’efficacité du système sanitaire français. « C’est de France qu’est venu l’alerte, alors qu’aucun éleveur français n’était concerné, remarque-t-elle. La traçabilité œuf par œuf fonctionne. Je regrette juste, vu l’irréprochabilité de nos filières, la baisse de consommation d’œuf en août. »

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *