Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Politique

Pesticides, le Conseil d’État veut des textes plus stricts pour la protection des riverains

Politique

Julien Denormandie acte la fin du broyage des poussins mâles en 2022

Filières

Huiles essentielles, une nouvelle réglementation menace la filière

Alimentation

Planet-score, le nouvel affichage environnemental de l’Itab et des ONG

Bio

Bio, le marché augmente de 10,4 % en 2020

Les forêts de chênes-lièges en péril

Selon un rapport que vient de publier l’association environnementale WWF (World Wildlife Fund), les trois quarts des forêts de chênes-lièges situées en Méditerranée occidentale (Portugal, Espagne, Algérie, Maroc, Italie, Tunisie et France) pourraient disparaître d’ici à une dizaine d’années, engendrant ainsi une crise économique et environnementale.

Par Campagnes & Environnement - Publié le 01/06/2006 à 00:00

Commenter

Partager :

WWF affirme que jusqu’à 2 millions d’hectares de forêts de chêne-liège sont aujourd’hui mis en péril. A l’origine de ces prévisions : le développement des capsules à vis et bouchons synthétiques (au détriment des bouchons en liège) qui pourraient représenter jusqu’à 95 % des obturateurs d’ici à 2015. Le déclin prévu sur le marché de bouchons en liège augmentera le risque de désertification et de feux de forêt. Par ailleurs, cette évolution induirait la perte de 62 500 emplois dans les zones de production si ces pronostics se confirment.
Aujourd’hui, dans le monde, plus de 15 milliards de bouchons en liège sont fabriqués chaque année et commercialisés dans le secteur vitivinicole. Pour WWF, ces bouchons en liège doivent être maintenus pour des raisons écologiques : ils sont biodégradables et peuvent être recyclés pour fabriquer d’autres produits. De plus, leur fabrication relève de procédés protecteurs de l’environnement, contrairement aux capsules à vis et bouchons synthétiques qui font appel à des besoins en énergie plus importants et sont fabriqués à partir de pétrole, denrée de plus en plus rare et chère.

La biodiversité au cœur des forêts de chêne-liège

L’espace méditerranéen est caractérisé par un niveau élevé de diversité d’espèces. On y retrouve 13 000 espèces de plantes endémiques (exclusivement originaires de cette région), le deuxième nombre le plus élevé dans le monde après les Andes tropicales. Les forêts méditerranéennes contiennent 150 espèces endémiques d’arbres. Le chêne-liège est l’une d’entre elles.
Dans des paysages de chêne-liège, on peut atteindre jusqu’à 135 espèces de plantes différentes par mètre carré. Les chênes-liège cohabitent avec d’autres espèces de chênes, des pins et des arbousiers. Ces forêts présentent plus de 30 espèces de fougères, dont certaines sont très peu communes.
La diversité animale est également importante. Les paysages de chêne-liège hébergent des espèces menacées (telles que le lynx ibérien, l’aigle impérial ibérien ou les cerfs de Barbarie), et un grand nombre d’oiseaux migrateurs d’Europe nordique, incluant pratiquement la population européenne entière des grues communes.

 src=

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *