Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
ÉconomieInitiative

Des agriculteurs bretons et mayennais à la recherche de financeurs pour rémunérer leurs services environnementaux

Initiative

Deux semaines à vélo pour des rencontres entre agriculteurs et consommateurs

Initiative

« Hectar propose des formations agricoles avec une approche projet », selon son directeur

Élevage

Alexis Phelut, finaliste des JO de Tokyo et agriculteur à temps partiel

Politique

Pesticides, le Conseil d’État veut des textes plus stricts pour la protection des riverains

Les légumineuses, source de protéines végétales pour une alimentation durable

2016 est l'année internationale des légumineuses : l'occasion pour l'Inra de faire le point sur le potentiel de ces végétaux, riches en protéines et aux multiples bénéfices environnementaux.

Par Campagnes & Environnement - Publié le 26/05/2016 à 00:00

Commenter

Partager :

 class=
Marie-Hélène Jeuffroy, agronome et directrice de recherche à l’unité agronomique de l’Inra de Versailles-Grignon, et Michel Magrini, directeur de recherche au département Alimentation humaine de l’Inra, ont fait le point sur les protéines végétales le 26 mai.

A l'occasion de l'année internationale des légumineuses, l'Institut national de la recherche agronomique, Inra, a fait le point sur les protéines végétales le 26 mai. Réduction des apports azotés, diminution des émissions de gaz à effets de serre, rupture des cycles des bioagresseurs et des adventices, diminution de l'apparition des phénomènes de résistance, couverture du sol en interculture,… les bénéfices environnementaux des légumineuses sont nombreux et bien connus. Pourtant, moins de 2 % de la surface agricole leur est dédiée en France.

Pour Marie-Hélène Jeuffroy, agronome et directrice de recherche à l'unité agronomique de l'Inra de Versailles-Grignon,  leur culture n'est « techniquement pas plus compliquée, elle nécessite de s'adapter et de raisonner différemment ». Un des freins à leur développement : la concurrence des protéines de soja importées, qui limite le débouché en alimentation animale.

Dans ce contexte, l'alimentation humaine offre un potentiel de développement important.  Jean-Michel Magrini, directeur de recherche au département Alimentation humaine de l'Inra, regrette qu'en France, les légumineuses soient considérées comme une source de féculent dans la pyramide alimentaire. Dans d'autres pays, elles sont présentées comme une source protéique, et plus ancrées dans les habitudes alimentaires. Pâtes à base de légumineuses, plats préparés, spécialités végétariennes, … les innovations se multiplient pour que les français retrouvent le goût des légumineuses.    

Pour produire 1 kg de protéine animale, il faut fournir en moyenne 5 kg de protéine végétale. Un ratio qui varie en fonction des filières étudiées.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *