Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Labels

Plus de 8000 exploitations certifiées HVE en 2020

Agro-écologie

Af-Ter, lancement d’un fonds de financement pour l’agroforesterie

Alimentation

Open Agrifood souhaite un ministère de l’Alimentation collectif

Alimentation

Le ministre de l’Agriculture signe une charte de mise en avant des produits frais et locaux

Initiative

Avec Cultivons demain, objectif 1 milliard d’euros pour adapter l’agriculture au changement climatique

Initiative

Les résultats de l’Observatoire agricole de la biodiversité font parler d’eux

Pendant sept ans, plus de 1200 agriculteurs ont suivi la biodiversité de 2382 champs, dans le cadre de l’Observatoire agricole de la biodiversité, lancé en 2011. Pour la première fois, ces données ont fait l’objet d’une analyse dans un article de recherche publié en septembre 2020. L’impact des pratiques agricoles sur la biodiversité mais aussi des pistes d’amélioration sont précisées.

Par Laure Hänggi - Publié le 29/10/2020 à 16:30

Commenter

Partager :

Rendre les agriculteurs acteurs de la recherche sur les liens entre agriculture et biodiversité, c’est le principe de l’Observatoire agricole sur la biodiversité. Ce dispositif de sciences participatives a été lancé en 2011 par le ministère de l’Agriculture, le Museum national d’histoire naturelle (MNHN) et l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture (APCA). Celui-ci est présenté comme le premier projet national impliquant des agriculteurs dans l’observation et la création de références sur la biodiversité en milieu agricole. Quatre protocoles d’observation sont proposés pour mesurer la présence d’abeilles solitaires, de papillons, de vers de terre et d’invertébrés terrestres. Certains sites expérimentent depuis 2019 l’observation des chauves-souris.

1216 agriculteurs engagés

Entre 2011 et 2017, 1216 agriculteurs ont suivi l’évolution sur leurs parcelles de ces espèces représentatives de la biodiversité ordinaire. Leurs observations sont envoyées au Centre d’écologie et des sciences de la conservation, piloté par le MNHN, le CNRS et l’université de la Sorbonne. 2382 champs, en grandes cultures, prairies, vignobles ou vergers, ont servi de base à ces relevés effectués par les agriculteurs.

Une première publication

Cet ensemble de données a fait l’objet, pour la première fois, d’une publication dans le numéro de septembre du Journal of Applied EcologyCela fait suite aux travaux menés par Olivier Billaud, dans le cadre de sa thèse auprès du MNHN. Il confirme les liens entre les pratiques agricoles et l’état de la biodiversité : « Une partie des tendances observées sont inquiétantes, comme par exemple en grandes cultures où la baisse des espèces volantes, les abeilles et les papillons est renforcée par l’utilisation de produits comme les pesticides ou la fertilisation minérale. » Le thésard souligne néanmoins des pistes d’amélioration. En grandes cultures, les exploitations les plus économes en intrants sont le théâtre d’une stabilisation voire d’une croissance du nombre d’abeilles et papillons.

Des solutions à co-construire

Le moindre travail du sol est également un levier. Mais celui-ci nécessite l’utilisation complémentaire et ponctuelle d’herbicide pour lutter contre les mauvaises herbes. Les prairies permettent également d’augmenter l’abondance des espèces mesurées. Mais celles-ci, souvent entretenues souvent par l’élevage mais en fort recul. Face à ces défis, l’OAB mise sur le partenariat entre les agriculteurs et la recherche pour construire de manière collaborative des solutions adaptées au terrain et aux enjeux environnementaux actuels.

Ils vous intéresseront peut-être

2 réponses sur “Les résultats de l’Observatoire agricole de la biodiversité font parler d’eux”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *