Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Politique

Pesticides, le Conseil d’État veut des textes plus stricts pour la protection des riverains

Politique

Julien Denormandie acte la fin du broyage des poussins mâles en 2022

Filières

Huiles essentielles, une nouvelle réglementation menace la filière

Alimentation

Planet-score, le nouvel affichage environnemental de l’Itab et des ONG

Bio

Bio, le marché augmente de 10,4 % en 2020

Energie

Méthanisation des biodéchets agricoles en Île de France, GRDF s’engage

Dans sa démarche d’utilisation croissante des biodéchets, GRDF a annoncé, le 29 juin, l’implantation de 18 méthaniseurs les valorisant en Île de France. Certains le seront sur des exploitations agricoles. Ce projet est mis en œuvre dans le cadre de la loi anti-gaspillage, qui obligera tous les citoyens à trier leurs biodéchets en 2024. Explication du projet avec Yann le Goc et Gaëtan Quesnel, respectivement experts en biodéchets et en méthanisation chez GRDF.

Par Romane Gentil - Publié le 22/07/2021 à 14:14

Commenter

Partager :

Le tri des biodéchets sera obligatoire pour l’ensemble de la population française en 2024. C’est ce que prévoit la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire. Dans cette optique, GRDF a prévu l’implantation de 18 méthaniseurs d’ici à 2025 en Île de France, dont certains seront placés chez des agriculteurs.

Un agriculteur peut espérer 100 € par MWh produit

Actuellement, 80% des 23 méthaniseurs de GRDF en Île de France sont placés sur des exploitations agricoles. Pour ces derniers, plusieurs cas de figures existent : certaines installations transforment déjà des effluents et seront rendues mixtes pour pouvoir valoriser les biodéchets. Certaines traiteront uniquement les biodéchets. Yann Le Goc, expert en méthanisation chez GRDF, explique que « chaque agriculteur (ou groupe d’agriculteurs) est considéré comme un porteur de projet, c’est lui qui possède toutes les installations de méthanisation. En tout, l’agriculteur signe trois contrats : un de quinze ans auprès du fournisseur (Total, par exemple), et deux à GRDF pour le raccordement et l’injection ». Un exploitant peut espérer un gain de 100 € par MWh, auxquels il faut néanmoins retirer les coûts d’exploitation, « qui sont conséquents », d’après Yann Le Goc.

100% de gaz renouvelable d’ici à 2050

Comme Gaëtan Quesnel, expert en biodéchets chez GRDF, le rappelle, « la volonté de GRDF de s’engager dans la méthanisation ne date pas seulement de l’annonce de la loi anti-gaspillage. Ce qui change, c’est qu’à partir de 2025, beaucoup plus de déchets seront disponibles ». Le projet ne concerne pas non plus seulement l’Île de France : 274 sites de méthanisation existent dans tout le pays, et 218 sont disposés sur des territoires agricoles. Cette proportion devrait être conservée suite à la création des 18 méthaniseurs prévus pour 2025 dans la région. A travers les nombreux partenariats noués avec des agriculteurs, l’entreprise espère favoriser le secteur, autrement dit : « jouer sur la pérennisation de l’activité et sur l’amélioration des revenus des agriculteurs, mettre en place un modèle d’économie circulaire, et créer des emplois », cite Yann Le Goc. Plus généralement, le verdissement du réseau est inscrit dans la mission de service public de GRDF, et l’entreprise a un objectif de 100% de gaz renouvelable en 2050.

Ils vous intéresseront peut-être

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *