Le magazine de l’agriculture durable
S'inscrire gratuitement à la newsletter S'abonner au mag Newsletter Mag
Politique

Pesticides, le Conseil d’État veut des textes plus stricts pour la protection des riverains

Politique

Julien Denormandie acte la fin du broyage des poussins mâles en 2022

Filières

Huiles essentielles, une nouvelle réglementation menace la filière

Alimentation

Planet-score, le nouvel affichage environnemental de l’Itab et des ONG

Bio

Bio, le marché augmente de 10,4 % en 2020

Pesticides

« Non aux arrêtés anti-pesticides, oui aux villes zéro phytos », Olivier Allain, vice-président de la Région Bretagne, en charge de l’agriculture

À l'occasion du Space, le salon agricole du grand ouest dédié à l'élevage, Olivier Allain, vice-président de la région Bretagne et ancien coordinateur des États généraux, est revenu sur les polémiques médiatiques concernant l'usage des pesticides. Il distingue le cas de l'agriculture à proximité des riverains et celui des pesticides en ville.

Par Stéphanie Ayrault - Publié le 16/09/2019 à 11:43

Commenter

Partager :

L’ancien coordinateur des EGA, Olivier Allain, se dit favorable aux interdictions de pesticides dans les communes, mais contre les zones non-traitées à proximité des habitations.

Si le Space, qui se tenait à Rennes du 10 au 13 septembre, est orienté sur les productions animales, plutôt concernées par les mouvements anti-élevages, les pesticides faisaient aussi l’objet de discussions dans les allées du salon. Il faut dire que la Bretagne a été sous le feu des médias avec Daniel Cueff, porte-drapeau des maires à avoir pris un arrêté anti-pesticides.

« C’est n’importe quoi ! »

Interrogé par Campagnes et environnement, Olivier Allain, vice-président de la Région Bretagne en charge de l’agriculture et ex-coordinateur des États généraux de l’alimentation, ne mâche pas ses mots concernant ce type de démarches : « C’est n’importe quoi ! Si nous mettons en place des distances sans traitement entre les parcelles et les habitations, sans aucune agriculture, même bio (1), les chardons, rumex, ou toutes autres mauvaises herbes vont se développer et coloniser les parcelles et jardins avoisinants. Et puis, c’est illégal : un maire ne peut pas aller contre la décision du gouvernement et du ministère de l’Agriculture ! »

Encourager les territoires zéro pesticides

L’ancien coordinateur des États généraux de l’alimentation est en revanche en phase avec les maires qui ont annoncé le 12 septembre vouloir interdire les pesticides au sein des espaces non-agricoles, dans les communes. Pour lui, cette communication entre dans le cadre de leur engagement en tant que « territoire zéro pesticide ». « Il faut encourager ces démarches, comme celle prise par la région Bretagne, qui ne concernent pas l’agriculture, insiste-t-il. C’est une excellente initiative. »

Pour la Région, la question de l’usage des pesticides à proximité des habitations nécessite un corollaire : s’attaquer à la disparition des terres agricoles, grignotées par les lotissements et les zones d’activité. Un combat majeur pour conserver la souveraineté alimentaire et lutter contre l’effondrement de la biodiversité.

(1) L’arrêté actuellement en consultation publique interdit l’utilisation des pesticides, y compris ceux autorisés en bio.

Ils vous intéresseront peut-être

Une pensée sur “« Non aux arrêtés anti-pesticides, oui aux villes zéro phytos », Olivier Allain, vice-président de la Région Bretagne, en charge de l’agriculture”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *